Vie des partis

Dépénalisation de l’homosexualité : le parti d’Ali Bongo punit ses 25 parlementaires « dissidents »

Dépénalisation de l’homosexualité : le parti d’Ali Bongo punit ses 25 parlementaires « dissidents »
Dépénalisation de l’homosexualité : le parti d’Ali Bongo punit ses 25 parlementaires « dissidents » © 2020 D.R./Info241

Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis sa création en 1968) ne peut tolérer la contradiction et l’indiscipline, surtout quand elles proviennent de ses rangs. C’est le sens à donner à la pluie de sanctions prises ce samedi contre les 25 parlementaires du parti pouvoir qui ont osé avoir une voix dissidente à la position du parti sur la dépénalisation de l’homosexualité qui continue de défrayer la chronique. La commission de discipline du PDG a rendu public ce samedi, les sanctions obtenues par ses « dissidents », opposés en juin dernier à la nouvelle mouture controversée du Code pénal.

Lire aussi >>> Gabon : La dépénalisation de l’homosexualité finalement adoptée par l’Assemblée nationale

Entre sanctions et crime de « démocratie » de ses membres

Il ne fait pas bon d’avoir des positions contraires à la « pensée unique » de l’ancien parti unique : le PDG. Ses parlementaires l’auront encore appris à leur dépend ce samedi. Selon la décision n°002/PDG/SE/CPD de ce 1er août, la Commission permanente de discipline (CPD) a infligé au terme d’auditions tenues du 7 au 9 juillet, des sanctions aux « camarades » opposés à la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon, voulue par les plus hautes instances du parti présidentiel dont Ali Bongo himself.

Lire aussi >>> Les sénateurs du PDG font adopter la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon

Parmi ces camarades dissidents, figurent en bonne place l’ancien Premier ministre Julien Nkoghe Bekale (membre du Comité permanent du bureau politique, MCPBP) qui écope d’une « mise en demeure », au même titre que Martin Mabala (Membre du bureau politique, MBP) et de Raphaël Mangouala (membre du Conseil consultatif des sages, MCCS). D’autres parlementaires dont la fille aînée d’Ali Bongo, Malika, écopent eux d’un « avertissement avec inscription au dossier ».

Les 22 parlementaires sanctionnés d’un « avertissement » sont :
- Alain Simplice BOUNGOUERES, MCPBP
- Guy Bertrand MAPANGOU, MCPBP
- Régis IMMONGAULT TATANGANI, MCPBP
- Blaise LOUEMBE, MCPBP
- Martin Fidèle MAGNAGA, MCCS
- Firmin Idriss NGARI, MCCS
- Flavien NZENGUI NZOUNDOU, MCCS
- Josué MBADINGA, MBP
- Charles OTANDO, MBP
- Albert Richard ROYEMBO, MBP
- Alphonse NZIENGUI, MBP
- Malika BONGO ONDIMBA, MBP
- Irène LISSENGUET épouse LINDZONDZO, MBP
- Jean Bosco NDJOUNGA, MBP
- David ELLA MINTSA, MBP
- Romain MIKANGA SEMBA, MBP
- Pacôme MOUBELET BOUBEYA, MBP
- Barnabé INDOUMOU MAMBOUNGOU, MBP
- Séverin NDONG EKOMIE, MBP
- Louis Elvis ENGOZOGO
- Léonard ANDJEMBE
- Philibert NGAYIPE.

Des sanctions vestiges de l’ère de la pensée unique

Dans sa décision, le parti présidentiel explique ces sanctions par le fait que « les camarades mis en cause ont reconnu avoir exprimé un vote dissident, attitude située aux antipodes des principes basiques du fonctionnement de notre formation politique et du style de travail édicté par le Secrétariat Exécutif ». La commission de discipline a relevé que ces parlementaires dissidents ont fait preuve « d’un management approximatif du processus ayant conduit au vote, d’une absence de concertation au sein du groupe Parlementaire PDG à l’Assemblée Nationale et d’une méconnaissance des réelles modifications apportées au Code Pénal ».

D’où les sanctions prononcées à leur encontre pour un parti « démocratique » qui ne semble l’être que de nom. Les vieux démons de l’époque du parti unique, dans lequel le parti a plongé le pays durant 22 ans, a décidément la dent dure. Heureusement pour ces dissidents que l’exclusion n’ait pas été prononcée contre eux. Ce qui aurait été la sanction suprême qui leur aurait valu de perdre leur siège de parlementaire, sans pouvoir faire acte de candidature au scrutin partiel organisé dans la foulée en raison d’une loi prise en ce sens.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article