14:40

Prise de parole

Moukagni Iwangou s’en prend à Jean Ping et appelle à soutenir Ali Bongo malade


Politique
  • Moukagni Iwangou s’en prend à Jean Ping et appelle à soutenir Ali Bongo malade © 2018 D.R./Info241
Publié le 17 décembre 2018 à 13h16min

Jean de Dieu Moukagni Iwangou, actuel ministre de l’Enseignement supérieur, est plus que jamais un adorateur d’Ali Bongo. Dans un long message publié sur Facebook ce lundi, l’opposant modéré qui avait accepté d’entrer au gouvernement d’Ali Bongo qu’il combattaient jusque-là, appelle ses anciens amis de l’opposition à la mesure et à soutenir Ali Bongo dans sa maladie. Ce, non sans avoir de mots durs pour le leader de la Coalition pour la nouvelle république Jean Ping.

Moukagni Iwangou distribue les coups contre ses pairs de l’opposition. Dans une prise de parole aux allures de bilan de son adhésion à la main tendue d’Ali Bongo, l’ancien opposant virulent du régime au pouvoir a changé de cible. Il s’en prend vertement à Jean Ping, sans daigner le nommer. L’ancien leader d’opposition radicale devenu ministre d’Ali Bongo, semble fier de ses choix et des orientations de sa vie politique actuelle.

A propos de Jean Ping qu’il avait pourtant soutenu durant et après la présidentielle d’août 2016, Moukagni Iwangou n’a désormais plus que des mots amers. « L’appel au rassemblement, lancé sans limite à tous les Gabonais, n’a pas trouvé de destinataires particulièrement enjoués. Il s’est soldé par un échec », s’est réjoui à demi-mots le ministre d’Ali Bongo. Et de rajouter : « la dynamique qui a conduit à la candidature unique a définitivement échoué dans les cœurs ».

Le post enjoué de Moukagni Iwangou appelant à un supplément d’âme

Concernant la maladie d’Ali Bongo et ses conséquences politiques, Moukagni Iwangou invite ses pairs de l’opposition à « un supplément d’âme ». Pour l’opposant devenu modéré « nul ne peut prospérer au Gabon en cherchant à tirer avantage de la faiblesse de l’adversaire ». Et de s’insurger : « Devant la maladie de l’autre, on ne sort pas les flûtes et les violons, pour disqualifier, on soutient et on compatit ».

Parlant de son entrée méprisée au gouvernement d’Ali Bongo, le ministre de l’Enseignement supérieur persiste et signe. « Les fonctions gouvernementales sont des appels du ventre méprisables par principe, sauf pour le temps que certains les ont occupées, et pour le moment qu’ils ambitionnent de les conquérir », a-t-il lancé en direction de ses détracteurs.

Jean de Dieu Moukagni Iwangou qui dit toujours assumer « l’ensemble de [s]es actes » est décidément un homme nouveau en politique après son entrée au gouvernement en mai dernier. Abandonné par une partie de ses militants pour son acte de « trahison », l’opposant qui propose un « troisième tour éthique » risque de rester un homme incompris et surtout incompréhensible.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile