Reforme constitutionnelle

Mborantsuo valide à 1000% le triumvirat mis en place par Ali Bongo dans la Constitution

Mborantsuo valide à 1000% le triumvirat mis en place par Ali Bongo dans la Constitution
Mborantsuo valide à 1000% le triumvirat mis en place par Ali Bongo dans la Constitution © 2021 D.R./Info241

Alors que nombre de gabonais continuent de s’interroger sur le triumvirat mis en place dans la Constitution pour palier à l’indisponibilité ou à la vacance du pouvoir, la présidente de la Cour constitutionnelle applaudit des deux mains. Au cours de la rentrée solennelle de l’institution qui s’est tenue hier, Marie-Madeleine Mborantsuo l’a évoqué comme « la réforme la plus fondamentale et audacieuse résultant de la dernière révision constitutionnelle ».

News sur WhatsApp

Lire aussi >>> La Cour constitutionnelle gabonaise décale de 3 mois sa rentrée fixée par la Constitution

Le pouvoir exécutif peut toujours compter sur le soutien de la Cour constitutionnelle pour assurer le service après-vente de la très controversée modification constitutionnelle qui a vu le président s’adjuger le pouvoir de nommer des sénateurs mais aussi se doter d’un collège de 3 personnalités pour palier à son décès ou son indisponibilité. Faisant sa rentrée mardi à Libreville, la Cour constitutionnelle s’est quasiment congratulée de celle-ci.

Dans son discours de circonstance, Marie-Madeleine Mborantsuo a dit tout le bien qu’elle pensait de cette reforme adoptée en express par les deux chambres du parlement en décembre dernier. "Ainsi, on est passé d’un intérim placé sous la seule responsabilité du président du Sénat, à un intérim assuré par un collège au sein duquel les trois membres se partagent la responsabilité de l’exercice de lourdes fonctions présidentielles”, s’est félicitée celle qui préside l’institution depuis 1993.

Pour Mborantsuo, cette reforme sur le collège constitué des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale auquel s’ajoute le ministre de la Défense, permet de "sécuriser la fonction présidentielle en marquant une nette différence entre l’exercice du pouvoir par un président de la République élu par le peuple souverain, et l’exercice de ce pouvoir provisoirement par des personnalités non investies de la souveraineté nationale". En clair, la présidente du Sénat ne pouvait pas à elle seule, le faire comme le prévoyait initialement la Constitution.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article