CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 73 +41
Nombre de décès depuis mars 2020 159 +1

Situation vaccinale

Première dose 35 228
Seconde dose 15 268

% de la population

1,69%
0,73%

Situation globale

290 -152 15 268 24 958 +73
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Liberté publique

Le gouvernement gabonais boycotte une assemblée générale de syndicats frondeurs

Le gouvernement gabonais boycotte une assemblée générale de syndicats frondeurs
Le gouvernement gabonais boycotte une assemblée générale de syndicats frondeurs © 2015 D.R./Info241

Les membres de la « Dynamique Unitaire » informent ce mercredi à Libreville, l’opinion publique nationale et internationale que depuis 5 heures du matin, l’école Martine Oulabou qui abritera leur assemblée générale a été prise d’assaut par les forces de l’ordre, qu’ils qualifient « de manœuvres d’intimidations despotiques aux allures dictatoriales exécutées par Ali Bongo et son pouvoir vacillant ».

Moov Africa

Selon Georges Mpaga, membre éminent de la société civile gabonaise, « l’objectif du régime serait d’empêcher la tenue de cette grande réunion de mobilisation sociale et d’intensification du mouvement de revendication syndicale qui paralyse le pays, au moment Ali Bongo et son clan sont de plus en plus contestés. »

Cette grogne de contestation syndicale qui revendique une revalorisation salariale de tous les fonctionnaires des administrations publiques s’indigne notamment contre « des pratiques fomentées et exécutées par Ali Bongo et ses ménestrels sont précisément liées à la criminalité financière, au pillage à grande échelle du pays dévoilées au grand jour par Mediapart ».

« Ali Bongo et sont clan familial Bongo en complicité avec le système PDG ont pris le pays en otage depuis plus de 50 ans. L’heure est venue qu’ils comprennent que tout régime même totalitaire à une fin.L’histoire récente de l’Afrique est riche d’enseignement en la matière », a martelé l’une des figures de proue de la société civile libre et engagée contre le régime en place au Gabon.

Donc, explique Monsieur Mpaga, « c’est un régime à bout de souffle qui tente par des moyens illégaux étouffer cette contestation généralisée. Il faut ici rappeler que le droit de grève relève de l’exercice des droits civils et politiques, et sont de fait non négociable. »

Par conséquent, les leaders des centrales syndicales invitent Ali Bongo et son ministre de l’intérieur Guy Bertrand Mapangou de respecter ce droit républicain en retirant les agents de forces de l’ordre au lieu éponyme, l’école Martine Oulabou où la Dynamique Unitaire doit organiser son activité en toute quiétude et liberté publique.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article