Front social

Leurs salaires impayés, les postiers gabonais de nouveau en grève illimitée dès ce mardi

Leurs salaires impayés, les postiers gabonais de nouveau en grève illimitée dès ce mardi
Leurs salaires impayés, les postiers gabonais de nouveau en grève illimitée dès ce mardi © 2020 D.R./Info241

Alors que l’on croyait la grève à la Poste totalement désamorcée par le gouvernement, il n’en est rien. Le syndicat national des agents de la poste (Synaposte) vient de reconduire ladite grève après près de trois semaines de suspension. Une décision prise au terme d’une assemblée générale tenue ce lundi à Libreville.

News sur WhatsApp

Lire aussi >>> Les postiers du Gabon en grève générale et illimitée dès ce lundi 2 novembre

Les services de la Poste vont de nouveau être perturbés dès demain. La sérénité n’est toujours pas d’actualité entre les agents en colère et les autorités gabonaises. La grève déclenchée le 2 novembre va ainsi se poursuivre avec les mêmes griefs. Les agents en grogne réclament leurs salaires toujours impayés, ainsi que la régularisation des paiements mensuels des salaires à date, le 25 de chaque mois.

Une vue des agents lors de l’assemblée de ce lundi à Libreville

« Nous avons donné cinq jours au gouvernement au lieu de 48h, comme il l’avait demandé, pour payer les deux mois de salaire et veiller à la régularisation des salaires. Trois semaines après, nous constatons que malgré les efforts de la tutelle, nous ne sommes toujours pas en possession de nos deux mois mois de salaires impayés » a précisé à Info241 le secrétaire général du Synaposte Claver chérubin Bayonne au terme d’un assemblée générale.

Pour de nouveau se faire attendre, les postiers du Gabon annoncent la fermeture de tous les bureaux de poste dès ce mardi 24 novembre jusqu’au paiement de leurs deux mois de salaire correspondant à octobre et novembre.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article