14:27

Infrastructures sanitaires

Les structures sanitaires gabonaises sont dans un état alarmant


Santé
  • Les experts lors de leur mission © 2016 D.R./Info241
Publié le 14 juin 2016 à 09h00min

Bien que de nouvelles structures sanitaires aient été inaugurées en grande trombe à Libreville, la situation nationale est elle, plus qu’alarmante. C’est du moins la conclusion d’une mission conjointe d’experts du ministère gabonais de la Santé et de l’Organisation mondiale de santé (OMS) dans 3 régions saninaires de l’intérieur du pays.

Lire aussi >>> Ali Bongo inaugure un nouveau complexe sanitaire au CHU de Libreville

La délégation bi-partite a sillonné du 3 au 8 juin, les régions sanitaires des provinces du Moyen-Ogooué, de la Ngounié et de la Nyanga. Le constat qui se dégage est alarmant, selon ses experts qui ont rendu leur conclusion dernièrement.

Dans le détail, cette délégation avait pour ambition de s’enquérir, d’une part, du fonctionnement du système de santé dans ces provinces et, d’autre part, en évaluer les performances en ce qui concerne la surveillance épidémiologique et la couverture vaccinale.

La mission était conduite par le représentant de l’OMS, le Dr Boureima Sambo, et le secrétaire général adjoint 1 du ministère de la Santé, Félix Obiang-Ndong. S’agissant du système de santé, qui englobe l’ensemble des organisations et des ressources dont le but est d’améliorer la santé, le constat qui se dégage est, de loin, alarmant dans ces trois régions sanitaires.

Et pour cause, s’il existe bien des plans d’opérationnalisation des départements sanitaires – lesquels ont été présentés par les médecins-chefs départementaux – il n’en demeure pas moins que de nombreuses pesanteurs subsistent et plombent la concrétisation de leurs feuilles de route respectives. Résultat, la plupart des structures sanitaires visitées sont à la peine.

Une situation déplorée par les populations de l’intérieur du pays qui n’ont pas la chance de se trouver à la capitale gabonaise, où le président gabonais Ali Bongo a inauguré dernièrement la phase 2 de la modernisation de la principal structure sanitaire du pays : le Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL).

Gageons que des solutions rapides soient trouvées pour les gabonais vivant en zone rurale ou dans l’hinterland car la santé n’a pas de prix, tout comme toute vie humaine.

Avec L’union


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile