Démission

Le recteur de l’UOB démissionne sous la pression du fils d’Ali Bongo

Le recteur de l’UOB démissionne sous la pression du fils d’Ali Bongo
Le recteur de l’UOB démissionne sous la pression du fils d’Ali Bongo © 2020 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/le-recteur-de-l-uob-demissionne-sous-la-pression-du-fils-d-ali,4903
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4903

Le fils d’Ali Bongo, Noureddin Bongo Valentin, qui demandait le 3 février l’aide du ministre de l’Enseignement supérieur Jean de Dieu Moukagni Iwangou pour mettre sur la touche le recteur de l’Université Omar Bongo (UOB), vient de voir son souhait se réaliser. Ce mardi, Marc Louis Ropivia a finalement présenté sa démission plutôt que d’être suspendu. Ceci, pour s’épargner « le déshonneur d’un combat risible ». Une bisbille administrative qui démontre le désormais pouvoir du nouveau coordinateur des affaires présidentielles qui vient de se payer par procuration la tête d’un universitaire de cet acabit.

Lire aussi >>> Nourredin Bongo exige à Moukagni Iwangou la tête du recteur de l’UOB

Marc Louis Ropivia n’est plus recteur de l’UOB tel que l’a souhaité Noureddin Bongo Valentin. Le fils aîné de la Première dame du Gabon avait saisi par courrier le ministre Moukagni Iwangou pour se plaindre de la gestion financière de l’ancien recteur. Proche de la retraite, Marc Louis Ropivia a préféré se retirer de cette cabale présidentielle ourdie contre lui par "des universitaires en quête effrénée de pouvoir", a-t-il dénoncé dans son courrier de démission.



La lettre de démission du recteur de l’UOB

Dans celui-ci adressé au ministre de l’Enseignement supérieur, le recteur démissionnaire a précisé les raisons de son départ : « C’est précisément parce que j’approche à grands pas un âge respectable que j’ai décidé de m’épargner le déshonneur d’un combat risible dans lequel tentent de m’entraîner, à travers une certaine presse via des jeunes collaborateurs à la fragilité sociale et morale avérée, des universitaires en quête effrénée de pouvoir dans la sphère politico-administrative de notre pays (que) j’ai décidé de démissionner de ma fonction de Recteur de I’UOB ».

Une victoire donc pour le fils d’Ali Bongo qui accusait à demi-mots cet universitaire de 69 ans de mauvaise gestion de l’établissement supérieur qui célébrera cette année le cinquantenaire de son existence.


Commenter l'article