19:22
URGENT >>>

Maganga Moussavou éconduit des vestiaires lors du match Gabon vs Mali !


Passe d’armes

Le CNJG dénonce sa mise à l’écart des préparatifs de la Journée internationale de la jeunesse


Société
  • Stephen Ondias (président du CNJG) et le ministre de la Jeunesse Arnauld Engandji © 2018 D.R./Info241
Publié le 25 août 2018 à 15h34min

Rien ne va plus entre le bureau du Conseil national de la jeunesse du Gabon (CNJG) de Stephen Ondias et le ministère gabonais de la Jeunesse dirigé par Arnauld Calixte Engandji Alandji. Dans un communiqué de presse parvenu à la rédaction d’Info241, le CNJG s’étonne de sa mise à l’écart de l’organisation de la Journée internationale de la Jeunesse que le Gabon a différé la célébration au 1er septembre prochain au profit d’un comité de coordination emmené par Andy Nziengui, un ancien président du CNJG.

Le bureau actuel CNJG n’aurait-il plus les faveurs des autorités gabonaises ? La question mérite d’être posée aux regards des tribulations que traverse l’actuel bureau. Dernière frasque en date, les préparatifs de la célébration de la Journée internationale de la Jeunesse (célébrée chaque 12 août) que les autorités ont préféré confier à Andy Nziengui, président sortant de cette institution, censée être aux premières loges sur ces questions.

Dans son communiqué de presse, le CNJG dit prendre « acte de ce que le Ministère de la Jeunesse a décidé de mettre en marge le CNJG en désignant un comité de coordination pour lequel le Conseil National de la Jeunesse n’a aucunement été consulté ». Avant d’ajouter : "ledit comité d’organisation a « instruit » le Conseil afin que celui-ci lui soumette « des propositions » cadrant avec la vision du Ministère". D’où l’étonnement à haute voix du CNJG : « Le Conseil serait-il sous tutelle ? La question mérite d’être posée ».

L’affiche de l’événement qu’organisera le ministère de Jeunesse au Palais des sports

Et le bureau du CNJG de conclure : « cette mise à l’écart volontaire de la part du Ministère de la Jeunesse s’inscrit dans la continuité d’une relation quasi inexistante entre la tutelle et l’organe national de la jeunesse gabonaise ». Et de rappeler, « silence constaté face aux nombreuses interpellations initiées par le bureau actuel quant à la situation actuelle du Conseil avec la fermeture de son siège, les arriérés de paiement et l’absence de budget depuis plus d’un an déjà », martèle le CNJG.

Quelque peu relégué au second plan par les autorités gabonaises, le « Conseil interpelle les plus hautes autorités sur cette situation, afin que des solutions pérennes soient trouvées pour le renouveau de cette institution ». Espère que cet énième appel soit enfin entendu par les mêmes autorités qui n’ont pourtant pas hésité à utiliser le CNJG pour assurer le service après-vente des mesures d’austérité décriées dans le pays.

Voici l’intégralité du communiqué du CNJG du 20 août sur sa mise à l’écart des autorités ministérielles :

La journée internationale de la jeunesse célébrée le 12 Août de chaque année se déroulera au Gabon le 1er Septembre 2018. Pour cette édition, nous prenons acte de ce que le Ministère de la Jeunesse a décidé de mettre en marge le CNJG en désignant un comité de coordination pour lequel le Conseil National de la Jeunesse n’a aucunement été consulté. Ce comité étant conduit par l’ancien président du CNJG, Andy NZIENGUI.
Poursuivant, ledit comité d’organisation a « instruit » le Conseil afin que celui-ci lui soumette « des propositions » cadrant avec la vision du Ministère. Le Conseil serait-il sous tutelle ? La question mérite d’être poser.
En effet, cette mise à l’écart volontaire de la part du Ministère de la Jeunesse s’inscrit dans la continuité d’une relation quasi inexistante entre la tutelle et l’organe national de la jeunesse gabonaise.

Aussi, le Conseil National de la Jeunesse, organe républicain représentatif et défenseur de la jeunesse gabonaise marque son etonnement et exprime sa profonde indignation face à cette marginalisation et ce manque notoire de considération.

A cette attitude, vient s’ajouter le silence constaté face aux nombreuses interpellations initiées par le bureau actuel quant à la situation actuelle du Conseil avec la fermeture de son siège, les arriérés de paiement et l’absence de budget depuis plus d’un an déjà. De plus, nous pouvons nous étonner de constater qu’un budget soit disponible et octroyé pour l’organisation des festivités de cette journée mais que les difficultés du CNJG pour le fonctionnement normal de ses activités soient reléguées au second plan.

Cette position de la part du Ministère de la Jeunesse soulève la question de la réelle place et de la considération donnée à l’organe représentatif et défenseur de la jeunesse de notre pays. Que cache cette mis à l’écart du Conseil National ?Rappelons à toute fin utile, que la mise sur pied du Conseil National de la Jeunesse est une volonté républicaine du Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA. Laquelle se retrouve clairement mis à mal avec le Conseil National laisser pour compte.

Au regard de ces événements, le Conseil interpelle les plus hautes autorités sur cette situation, afin que des solutions pérennes soient trouvées pour le renouveau de cette institution. Par ailleurs, le CNJG rappelle qu’il est l’organe attitré pour toute question engageant la jeunesse du Gabon, et que son caractère republicain ne saurait etre mis à mal au profit de certains leaders de jeunesse nostalgiques d’un temps révolu.

Le Conseil National et l’ensemble des Conseils provinciaux sont composés de jeunes Gabonais dont la seule et véritable ambition est d’œuvrer au quotidien pour la structuration et l’édification d’une jeunesse plurielle compétitive et républicaine. Leur engagement à servir de façon bénévole traduit leur détermination à honorer cette noble mission.

FIN


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile