L'info en bref...

Cameroun : 5 soldats tués par des séparatistes Biafrais dans la péninsule de Bakassi

Cameroun : 5 soldats tués par des séparatistes Biafrais dans la péninsule de Bakassi
Cameroun : 5 soldats tués par des séparatistes Biafrais dans la péninsule de Bakassi © 2022 D.R./Info241

Info241 sur Whatsapp

Cinq éléments du Bataillon rapide d’intervention (BIR), un corps d’élite de l’armée camerounaise, ont été tués, samedi dans des affrontements avec des séparatistes nigérians du mouvement Biafra à Isangele, localité située dans la péninsule de Bakassi dans le sud-ouest du Cameroun. Les soldats ont démonté deux drapeaux du mouvement séparatiste Biafra qui étaient hissés dans ce camp.

Ils ont voulu avancer vers le camp quand les séparatistes ont ouvert le feu sur eux tuant cinq soldats. Sur sa page Facebook, le mouvement séparatiste nigérian confirme cette attaque contre l’armée camerounaise tout en soulignant que « l’armée a eu un morceau dur à croquer samedi ». Le maire d’Isangele, Magdaline Pondy, a confirmé à l’Agence Anadolu au téléphone, cette attaque séparatiste contre l’armée camerounaise.

Abuja et Yaoundé n’ont pas réagi à cette attaque qui a couté la vie aux soldats camerounais dans cette péninsule longuement disputée par les deux pays. Pour rappel, l’armée camerounaise et les séparatistes nigérians s’affrontent régulièrement dans la péninsule de Bakassi. En mai 2021, le mouvement Biafra et le Bataillon d’Intervention Rapide du Cameroun (BIR) s’étaient livrées à une violente fusillade à Isangele, dans la région de la péninsule de Bakassi.

Le mouvement séparatiste avait revendiqué avoir tué deux soldats au cours d’un échange de coups de feu dans la péninsule de Bakassi. Le mouvement Biafra a récemment révélé son intention de fermer complètement le golfe de Guinée, en menaçant de hisser le "drapeau biafrais".

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève