11:46

Viol sur mineure

Affaire Wally : l’étrange silence saisissant du PDG et de Sylvia Bongo


Société
  • Affaire Wally : l’étrange silence saisissant du PDG et de Sylvia Bongo © 2019 D.R./Info241
Publié le 18 octobre 2019 à 08h14min

Elle est l’affaire qui défraie la chronique depuis bientôt une semaine au Gabon. L’affaire dite Wally, du prénom de cette jeune adolescente gabonaise vraisemblablement abusée sexuellement, semble embarrasser le centre du pouvoir de Libreville. Au point où aucune condamnation n’a été formulée contre le criminel sexuel présumé Alexis Ndouna, le bras droit politique de Malika Bongo, la fille aînée d’Ali Bongo.

C’est l’affaire qui fait le buzz dans tous les milieux Librevillois actuellement. Wally, une adolescente de moins de quinze ans se retrouve au cœur d’une affaire de proxénétisme aggravé. Comme preuves difficilement réfutables comme telles, plusieurs séquences sonores (audios) mettent en scène quelques-unes des principales actrices ayant joué un rôle dans cette effroyable affaire avec les parents de la gamine. Dans celles-ci, Alexis Ndouna, député suppléant de Malika Bongo, est clairement désigné coupable.

Absence de condamnations officielles

Voilà que cette affaire qui est en fait une de plus, une de trop pour le mis en cause sans qu’il en paye les frais est sur la place publique, un curieux silence est observé de la part de toutes ces voix qui portent au Gabon. En effet, pas grand monde ne comprend pourquoi ni le monde politique, ni ceux se réclamant de la société civile, encore moins Sylvia Bongo et sa fondation pour la famille qui revendique le combat pour la veuve et l’orphelin, pour ne pas dire des couches sociales les plus vulnérables, n’ait encore sifflé mot officiellement pour condamner les agissements du nommé Alexis Ndouna et ordonner que la lumière soit faite sur cette affaire.

Au niveau du Parti démocratique gabonais dont le supposé prédateur sexuel est cadre-militant pour le compte de la province du Haut-Ogooué, personne n’a osé dire quoi que ce soit. Ce parti au pouvoir est pourtant connu pour réagir énergiquement dans ce type de cas. Surtout lorsqu’il s’agit d’une personnalité proche de l’opposition. Depuis la révélation de l’affaire, Dodo Bounguendza et sa commission disciplinaire ne dit mot ni pour condamner les atteintes aux bonnes mœurs de leur militant ou pour prononcer une mesure conservatrice.

Un scandale sexuel à conséquences politiques

En somme, tout se passe dans un flou le plus total dans cette affaire. Annoncé pourtant aux arrêts mardi par la Direction générale des recherches (DGR) par un confrère, cette information sera aussitôt démentie par d’autres sources dont l’activiste et journaliste Jonas Moulenda. Non sans révéler que le sulfureux personnage se serait fait exfiltrer au Congo en transitant par Franceville. Depuis lors, difficile de confirmer ou d’infirmer si oui ou non, Alexis Ndouna est hors d’état de nuire. Lui qui est pourtant, sur la foi de plusieurs témoignages de jeunes filles, serait un multirécidiviste.

Finalement, ils sont très nombreux dans la capitale gabonaise qui commencent à voir dans ce silence des instances judiciaires et politiques, un aveu de ceux que non seulement Alexis Ndouna pourrait bénéficier de puissantes protections politiquement haut placées, mais bien que cette affaire pourrait révéler, voire démasquer bien d’autres prédateurs sexuels de son acabit.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile