20:10

Grève des enseignants : le cri des élèves face au silence des autorités


Education
  • Grève des enseignants : le cri des élèves face au silence des autorités © D.R./Info241
Publié le

Une semaine a passé depuis que les enseignants du second degré sont entrés en grève pour réclamer le paiement de leurs primes de vacations qui selon nos sources s’élèverait à plus de 4 milliards de francs. Une situation qui pénalise le bon déroulement des cours. Suite à cela, à Libreville les élèves du Lycée Paul Indjendjet Gondjout, Diba-Diba, CES Anges Mba, Lycée National Léon Mba et bien d’autres sont montés au créneau ce mercredi 13 novembre pour manifester leur mécontentement et soutenir ainsi les enseignants dans leur revendication.

La circulation routière sur les différentes artères de la capitale gabonaise a été fortement perturbée ce matin encore notamment sur les trajets des charbonnages, de l’aéroport, de Nzeng Ayong et bien d’autres. Certains d’eux se sont illustrés négativement en érigeant des barrages sur les voies publiques causant des embouteillages montres obligeant les automobilistes à revenir sur leurs pas. Les élèves ont improvisé une marche sur fond d’interpellation au gouvernement, en vue d’exiger le retour des enseignants dans les salles de classes.

[caption id="attachment_1093" align="alignnone" width="660"]La sortie des élèves La sortie des élèves ce matin - © Info241.com[/caption]

Ces manifestations font suite à la décision d’arrêt de cours par les enseignants réclamant le paiement intégral des vacations qui leurs sont dues par le gouvernement. Poursuivant leur colère, les jeunes ont failli luncher un automobiliste venu les calmer. Ce dernier a échappé bel de si peu. Scandant des messages aux autorités gabonaises : «  nous avons marre de cette situation. Nous voulons reprendre nos cours. Que le gouvernement prenne ses responsabilités » Pendant des longues heures, les élèves ont été les maîtres absolus de la circulation. Grâce à l’intervention des forces de l’ordre, les élèves ont été dispersés après un échange des pierres au niveau des charbonnages.

Une situation alarmante pour les riverains car les jeunes élèves ont promis continuer leur mouvement d’humeur. Un scénario qui devient très récurent dans le secteur de l’éducation gabonaise au point de compromettre le suivi normal des programmes de l’année.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile