13:48

Front social

Reforme des bourses : l’age limite pourrait être ramené à 22 ans et à 10 de moyenne !


Société
  • Le ministre de l’Education nationale, hier lors de la seconde journée de négociation © 2019 D.R./Info241
Publié le 16 avril 2019 à 12h03min

Après 48 heures de négociations avec les partenaires sociaux sans les syndicats du secteur éducatif, le gouvernement gabonais pourrait revoir sa copie. Les échanges entre les participants et le ministère de l’Education nationale font ressortir un nouveau consensus pour l’attribution des bourses : 22 ans maximum et 10/20 de moyenne de classe et à l’examen du baccalauréat. Une proposition de sortie de crise qui devra pour autant être validée par le gouvernement qui voit sa reforme détricotée, ramenée presque à l’identique à son départ.

Lire aussi >>> Reforme des bourses : le ministre Michel Menga « humilié » par des syndicalistes en colère

Le ministre Michel Menga M’essone tient certainement la solution à la grosse fonde suscitée par l’annonce de la reforme des conditions d’attribution des bourses aux étudiants. Négociant depuis dimanche qu’avec certains acteurs du secteur dont les organisations de parents d’élèves, les discussions ont déjà abouti à un premier consensus. L’age limite a été relevé à 22 ans au lieu de 19 et la moyenne à obtenir laissée à au moins 10/20 tant au baccalauréat qu’au terme de l’année scolaire.

Une vue des participants aux négociations gouvernementales

De quoi certainement ramener la quiétude dans ce secteur après la suspension mercredi des cours en raison de colère des élèves qui manifestaient à travers le pays contre cette reforme. Une preuve s’il en fallait que la reforme telle que proposée était mal pensée et surtout peu conforme à la réalité des élèves à travers le pays malgré les statistiques controversées avancées par les autorités. Des négociations qui pourraient aboutir au retour des élèves en cours et à la levée de la suspension des cours par le ministère de l’Education.

Lire aussi >>>Après 3 jours de fronde des élèves, le Gabon suspend les cours « jusqu’à nouvel ordre » !

Interrogé sur les probables conséquences de l’absence des syndicats des professionnels de l’Education à ces négociations organisées au lycée national Léon Mba de Libreville, le ministre s’est voulu rassurant : « Si l’une des composantes, pour des raisons qui sont les siennes, a estimé qu’elle ne peut pas poursuivre les travaux, elle est libre ». Avant de marteler que « la décision des syndicalistes ne peut pas suspendre le reste des discussions ».


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile