12:16

Réunion de crise

Reforme des bourses : le ministre Michel Menga « humilié » par des syndicalistes en colère


Société
  • Le ministre de l’Education nationale assurant le service après-vente de la reforme gouvernementale devant les partenaires sociaux ce dimanche à Libreville © 2019 D.R./Info241
Publié le 14 avril 2019 à 22h29min

Le ministre gabonais de l’Education nationale, Michel Menga M’essone, a failli voir voler en éclat la réunion d’urgence convoquée par ses soins ce dimanche à Libreville pour vendre la reforme controversée des bourses. Les syndicats membres de la confédération syndicale Dynamique unitaire ont claqué la porte de cette réunion de crise pour « humilier » le ministre, en raison de son refus d’inscrire d’autres points à l’ordre du jour de la concertation.

Prévue pour ce dimanche matin dans les locaux du ministère de l’Education nationale sis aux 9-Étages, la réunion d’urgence convoquée par Michel Menga autour des partenaires sociaux du monde éducatif a failli tourner au vinaigre au lycée national Léon Mba. Voulant se faire entendre des autorités sur d’autres sujets brûlants, les syndicats membres de Dynamique unitaire ont « humilié » par leur départ de la salle des travaux le ministre de l’Education.

Une vue des partenaires sociaux conviés, restés pour écouter le ministre

Un boycott qui n’a pas empêché le ministre de prêcher pour la reforme des bourses mise en place par son collègue de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, en vue de réduire drastiquement le nombre d’étudiants boursiers et la dépense publique. Au cours de cet échange, le ministre a clairement indiqué que le gouvernement gabonais ne reculerait pas sur les critères querellés. Au contraire, Michel Menga a demandé l’aide des partenaires sociaux pour accompagner ladite reforme.

Un positionnement qui n’augure rien de bon pour les élèves qui ont manifesté à travers le pays durant trois jours d’affilé, pour dire leur refus de cette reforme qui fixerait désormais à 19 ans l’age limite pour obtenir une bourse d’études de l’Etat pour le supérieur. Cette condition étant associée à celle d’être parvenu à obtenir une moyenne supérieure ou égale à 12/20 lors de l’examen du baccalauréat. Une hérésie pour plusieurs syndicats et parents d’élèves.

Au terme de cette réunion dominicale, une autre séance de travail a été programmée pour ce lundi 15 avril à 15h00. Affaire à suivre...


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile