02:52

Insalubrité

La mairie de Libreville confisque les matelas d’un célèbre boxon de la capitale gabonaise


Société
  • La marie s’emparant dans un véhicule des matelas de ce motel © 2019 D.R./Info241
Publié le 18 juillet 2019 à 06h41min

Les nouvelles autorités de la mairie de Libreville veulent en finir avec l’insalubrité. C’est le sens à donner à la descente faite mardi par les agents municipaux de la capitale gabonaise dans le célèbre motel insalubre dénommé le Perchoir. C’est dans cet établissement hôtelier, plutôt banal, que se négociaient sexe et passe de prostitués à prix très réduits. Le tout dans une insalubrité galopante. D’où la visite d’inspection de la mairie qui a donc dû confisquer les matelas de cet établissement de plaisir pour s’assurer de sa fermeture.

On la savait plutôt à l’assaut des transporteurs exerçant dans l’informel et autres taximen hors-la-loi, la mairie de Libreville a donc créé la surprise générale ce mardi matin en investissant les locaux du « Perchoir », un célèbre boxon de Libreville. Ce lieu de plaisance situé au bord d’une route, aux coûts très accessibles (2.000 F.CFA seulement) est reconnu pour servir la détente aussi bien remuante qu’apaisante. Elle est notamment très fréquentée par une large clientèle noctambule.

La visite guidée des lieux insalubres du Perchoir

Mal en a pris les agents municipaux, lors de leur passage, de constater que l’établissement de plaisir, qui sert tous les ingrédients de la distraction voire de la débauche, ploie sous une insalubrité criarde. Partant des murs dans les pièces des chambres, aux pieux où couchent les clients, les règles d’hygiène sont inobservées à une telle enseigne que les inspecteurs municipaux ont été contraint de confisquer les matelas présentant eux aussi un piteux état.

Quelques matelas confisqués

Il faut dire que cela s’avère quasiment une première qu’une structure dans le genre fasse l’objet d’une visite municipale à Libreville. Comme tout motel loué pour une courte durée, pour un séjour de nuit comme de jour communément appelé « repos », ne servent pas souvent qu’aux adultes qui sont les premiers concernés. Des adolescents, hélas y ont souvent accès au grand détriment de nos mœurs. Vivement que la mairie contribue un peu plus à l’assainissement des ces endroits !


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile