CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 265
Nombre de décès depuis mars 2020 173 +3

Situation vaccinale

Première dose 99 248
Seconde dose 74 961

% de la population

4,78%
3,61%

Situation globale

802 +227 74 961 26 638 +259
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Choses vues

Port-Gentil : L’insalubrité, maître des lieux au quartier Matanda

Port-Gentil : L’insalubrité, maître des lieux au quartier Matanda
Port-Gentil : L’insalubrité, maître des lieux au quartier Matanda © 2021 D.R./Info241

Implantées sur les terres Port-Gentillaises depuis les années 50, plus précisément au quartier Matanda dans le quatrième arrondissement de la capitale économique, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Maritime, les communautés Togolaises et Béninoises y vivent. Elles s’y sont installées particulièrement pour y pratiquer la pêche. Une activité qui a pris de l’ampleur au fil des années au regard des nombreux commerces développés ci et là, issus des produits halieutiques.

Moov Africa

Sauf que dans cette zone qui appartenait à l’époque au roi Ranoké, chef légendaire Orungu, Matanda, ou Atanda en myènè, signifie palétuviers est devenu l’objet de toutes les conversations dans la ville du sable du fait de la forte concentration des déchets ménagers qui jonchent le bord de la côte. Le quartier Irin’ikongo en langue Orungu (les pieds), les racines (Irina) d’Ikongo (feuilles qui servent entre autre à envelopper le manioc), ressemble de nos jours à un dépotoir industriel d’ordures ménagères.

Une vue de l’insalubrité galopante...

Couches, sachets, ustensiles de cuisine, matière fécale, les huiles des moteurs et bien d’autres règnent en maîtres absolus dans cette partie de la capitale économique, impactant considérablement la mangrove et son écosystème. Une prolifération de l’insalubrité qui se poursuit au nez, aux yeux et à la barbe des autorités locales.

« Seigneur ! Il faut y aller pour croire ce que disent les populations. C’est triste de savoir que ces pêcheurs détruisent notre belle région de la sorte. C’est une décharge publique là-bas. Ils jettent tout partout. Et personne ne parle comme certains ont leurs amis parmi eux », se désole Carine Ogoula, jeune gabonaise résidant la zone. Sur terre, située sur la route qui va vers Nchènguè, soixante-onze ans plus tard, les « Popos » comme on les appelle, ont transformé Matanda en un quartier-village.

...Sur toute la côte

Des maisons en planches desservies qui vont de la route goudronnée jusqu’au bord de l’eau plombent la zone. Ce quartier général par excellence des pêcheurs de Port-Gentil devrait un temps soit peu attirer l’attention des plus hautes autorités de la province en tête desquelles le gouverneur, le maire, le président du conseil départemental de Bendjé ou encore le préfet quant à la préservation de nos côtes et à son écosystème.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article