11:19

Violences policières

Répression des élèves : Un ancien Premier ministre gabonais dénonce les dérapages de la police


Politique
  • L’ancien Premier ministre gabonais, Raymond Ndong Sima © 2019 D.R./Info241
Publié le 11 avril 2019 à 15h58min

La protestation de la reforme de l’octroi des bourses qui secoue actuellement le monde de l’éducatif gabonais depuis ce lundi, a également son lot de bavures policières dans la répression des jeunes lycéens et collégiens à travers le pays. C’est en tout ce qu’a dénoncé hier sur sa page Facebook, l’ancien Premier ministre gabonais Raymond Ndong Sima, témoin privilégié d’altercations entre élèves et policiers qui se sont déroulées près de ses bureaux, dans la capitale gabonaise.

Lire aussi >>> Après 3 jours de fronde des élèves, le Gabon suspend les cours « jusqu’à nouvel ordre » !

Pour l’ancien Premier ministre d’Ali Bongo, « la police a fait à plusieurs reprises usages d’abord de gaz lacrymogènes sans tenir compte de ce qu’il s’agissait d’une zone de marché avec des commerçants, des travailleurs d’autres corps de métiers, des voyageurs juste venus emprunter des bus pour aller à l’intérieur du pays et des élèves venus des établissements alentours ». Avant de déplorer : « Tous, nous avons été gazé ».

Plus dangereux, Ndong Sima ajoute que « des policiers en civil ont fait usage de leur armes à point à plusieurs reprises. En effet, deux d’entre eux ont sorti et fait usage de leurs armes de point et tiré certes en l’air mais clairement en direction des élèves ». Et l’ancien commis de l’Etat de conclure que cette « manœuvre aussi inutile que risquée » de la police était « susceptible de déraper sérieusement ».

Le post de Ndong Sima dénonçant les dérapages de la police

Avant de s’interroger sur cette bavure : « A-t-on besoin de ça dans le contexte actuel ? ». Car, poursuit-il, « Pour couvrir leur bavure, ils sont entrepris d’arracher les téléphones à ceux qui étaient témoins et filmaient la scène ». Avant de livrer une critique en règle de l’action de la police gabonaise : « Si le maintien de l’ordre était réglementaire et se déroulait conformément aux prescriptions, pourquoi cacher le film des opérations qui devrait montrer le professionnalisme des intervenants ? ».

L’ancien candidat à la présidentielle d’août 2016 qui a reconnu la victoire d’Ali Bongo, en profite pour marquer son soutien aux revendications des élèves contre le gouvernement. « La manifestation des élèves est légitime parce que visant deux décisions du gouvernement manifestement injustes et que cette manifestation se déroulait jusque là dans une ambiance bon enfant sans casse et sans débordement », a souligné Raymond Ndong Sima.

Rappelons qu’après trois jours de manifestations à travers le pays pour faire reculer le gouvernement sur l’application de nouvelles conditions d’attribution des bourses pour le supérieur, les autorités gabonaises ont décidé hier de geler les cours jusqu’à nouvel ordre. Ce, pour tenter de juguler la contestation qui ne cessait de prendre de l’ampleur dans toutes les villes du pays.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile