17:41

Election des maires

Léandre Nzue vs Serge Akassaga : une collaboration qui s’annonce tumultueuse !


Analyse
  • Léandre Nzue (droite) et Serge Akassaga promus à la mairie centrale de Libreville © 2019 D.R./Info241
Publié le 5 février 2019 à 08h14min

La mise en place des responsables municipaux et départementaux le 3 février dernier, marquée par la rafle sans triomphalisme du parti au pouvoir, aura donné lieu à des couples impossibles. Le cas de la mairie de Libreville en est une parfaite illustration avec le maire Léandre Nzue qui devra co-habiter avec son premier adjoint, l’Ajevien-compatible Serge-Williams Akassaga Okinda. Les deux ayant des antécédents personnels qu’ils se devront taire jusqu’en 2024 ! Au tant dire que la tâche s’annonce déjà ardue entre les deux hommes.

Le scrutin indirect ayant permis dimanche, le renouvellement des responsables d’équipes municipales et autres conseillers départementaux, a contraint au mariage des personnalités qui ne filait pas le parfait amour. Un vote certes, mais dont l’issue était connue d’avance en raison du boycott d’une grande partie de l’opposition n’ayant pas pris part au scrutin préliminaire des Locales du 6 octobre 2018.

Ce plébiscite du Parti démocratique gabonais (au pouvoir depuis 1968) et le vote de ce 3 février a occasionné la mise en place de bureaux centraux communaux faits de colistiers qui n’ont pas toujours été en odeur de sainteté. A la mairie centrale de la capitale gabonaise, c’est le très prévisible Léandre Nzue qui aura été promu par ses pairs à la tête de la mairie centrale, lui permettant ainsi de succéder à Rose Christiane Ossouka Raponda devenue ministre de la Défense.

L’ancien secrétaire général adjoint du parti-Etat sera secondé par le très sulfureux Serge-Williams Akassaga Okinda, un politicard évincé des rangs du Centre des libéraux réformateurs (CLR) de Jean Boniface Asselé. Ancien maire du 3e arrondissement de la commune de Libreville, Akassaga Okinda observait jusque-là une pseudo retraite politique. Et pour cause, le roublard avait déjà joué un rôle déterminant dans l’établissement de fausses pièces d’Etat-civil en bonne et due forme, ayant permis à Ali Bongo de briguer le mandat présidentiel en 2009.

Une cohabitation qui s’avère déjà torride vu que les deux personnalités promues à la mairie centrale, ont un passif commun de bisbille qui remonte à leur précédent passé de responsables de mairies de la capitale. En effet, Serge Akassaga, alors maire du 3e arrondissement, n’avait pas du tout apprécié que son supérieur hiérarchique Léandre Nzue, 4e maire adjoint à l’hôtel de ville en ce temps-là, fasse une descente de terrain dans son territoire communal.

En effet, Léandre Nzue s’y était rendu lui-même pour faire exécuter les consignes de casse et de déguerpissement des trottoirs au petit marché dit du pont d’Akebe. Ce, dans le cadre d’une opération pourtant lancée par la mairie centrale de Libreville dénommée « Libérez les trottoirs ». Les deux maires s’étaient alors donné en spectacle sous les yeux amusés des leurs administrés.

Une altercation qui avait été considérée comme un intolérable affront inoubliable pour Serge-Williams, de surcroît dans sa zone de compétence. Leur promotion au bureau de l’équipe municipale de Libreville leur permettra-t-elle de taire leur ego ? Seuls les prochains mois nous le diront !


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile