00:55
URGENT >>>

Crépin Gwodock et le beau-père d’Ali Bongo humiliés à leur tour à Paris


Coopération Afrique-France

Le Président de l’UA s’en va-t-en guerre contre la Françafrique et l’impérialisme français


International
  • Alpha Condé, Président en exercice de l’Union africaine © 2017 D.R./Info241
Publié le 15 avril 2017 à 10h27min

Alpha Condé aura-t-il retrouvé la lucidité des pères du panafricanisme ? En visite à Paris, le Président guinéen Alpha Condé livre dans une interview accordée à Euronews, ses réflexions sur le terrorisme, l’insécurité alimentaire ou encore la "Françafrique". Selon le Président en exercice de l’UA en exercice « Il faut d’abord que les Africains commencent par compter sur eux-mêmes parce que le développement de l’Afrique ne se fera que par les Africains »

Président en exercice de l’Union africaine depuis janvier, il plaide pour des relations d’égal à égal entre la France et les pays d’Afrique et invite les dirigeants africains à prendre leur destin en main.Au pouvoir à Conakry depuis 2010, le président guinéen Alpha Condé était en visite d’Etat à Paris il y a quelques jours.

Dans l’interview accordée à Euronews, il évoque les défis que l’Afrique doit relever en matière de terrorisme, d’insécurité alimentaire et de dérèglement climatique, mais aussi les relations entre la France et les pays africains et notamment la question de la Françafrique.

Il plaide pour la mise en place de relations d‘égal à égal entre les autorités françaises et leurs homologues africaines. Une position qu’il défend également dans le cadre de la présidence tournante de l’Union africaine qu’il assure depuis janvier.

L’intégralité de l’interview

A propos du terrorisme en Afrique  :

« Vous savez que le terrorisme fleurit sur la pauvreté et l’injustice. Donc si le terrorisme se développe en Afrique, c’est parce qu’il y a la pauvreté. Notre premier combat est le combat pour le développement qui permet de combattre à la fois, le terrorisme et l’immigration. Pour le moment, nous sommes obligés d’agir militairement pour faire face, mais cela passe d’abord par la prise en main de notre défense par les Africains eux-même a déclaré Alpha Condé.

A propos des relations de coopération avec l’UE :

« Nous ne voulons plus que le développement de l’Afrique dépende de l’étranger. Nous devons coopérer avec le monde que ce soit l’Union européenne, la Chine, l’Inde, le Brésil, etc. Mais il faut d’abord que les Africains commencent par compter sur eux-mêmes parce que le développement de l’Afrique ne se fera que par les Africains » a précisé le Président de la Guinée Conakry.

A propos des migrations vers l’Europe  :

« Nous disons à nos amis de l’Union européenne que nous comprenons leurs problèmes. Eux aussi savent que si nos enfants émigrent, ce n’est pas parce qu’ils veulent émigrer, c’est parce qu’ils ne trouvent pas ce qu’il leur faut en Afrique. Donc, ils [les Européens] doivent nous accompagner. Nous pourrons être une usine pour l’Europe à condition qu’elle comprenne que c’est une coopération gagnant-gagnant et une coopération qui amène un partenariat bénéfique pour les deux » a martelé Alpha Condé.

« Il y a aussi les conséquences du dérèglement climatique. Nous avons lancé un appel à tous les Etats africains et à la communauté internationale pour venir en aide à nos frères de ces pays. Il est évident que la situation du climat et la sécheresse sont en grande partie responsables. Il y a aussi les guerres. C’est ce que nous ne voulons plus justement, c’est pour cela que nous voulons que l’Afrique puisse se développer pour mettre fin aux dégâts climatiques pour que nous puissions avoir une agriculture performante. Parce que si nous avons une agriculture performante, nous n’aurons pas de famine » a précisé Alpha Condé.

A propos des relations entre pays africaines et la France :

« Nous nous acheminons vers une coopération d’Etats souverains, une coopération égalitaire et bénéfique aux deux parties. Nous voulons que la France considère les Etats africains comme des Etats adultes, souverains et que la coopération entre l’Afrique et la France se fasse d’Etat souverain à Etat souverain. Nous avons certains éléments en commun avec la France : la langue et un passé. Mais cela ne nous empêche pas que désormais, nos relations soient celles de pays adultes. C’est pour cela que je parle de la maturité de l’Afrique » a conclu le Président en exercice de l’Union africaine.

Avec Euronews


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile