13:34

Bilan 2018

La Présidence gabonaise affirme qu’Ali Bongo a créé 10.000 emplois au Gabon en 2018 !


Economie
  • La Présidence gabonaise affirme qu’Ali Bongo a créé 10.000 emplois au Gabon en 2018 ! © 2019 D.R./Info241
Publié le 8 mars 2019 à 13h08min

10 000, c’est le nombre d’emplois qui aurait été créé durant l’année 2018 au Gabon. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Ike Ngouoni Aila Oyouomi, le porte-parole de la Présidence de gabonaise qui, après plusieurs mois d’absence tenait hier une conférence de presse au Palais Rénovation de Libreville. Une information qui n’a pas manqué de surprendre les journalistes conviés à cette messe médiatique.

Souvent estimé comme très peu élogieux, le bilan d’Ali Bongo en matière d’emplois serait selon Ike Ngouoni à la hauteur des attentes des Gabonais. Ce jeudi, au cours d’une conférence de presse qu’il a animé après ses affirmations controversées sur l’état de santé d’Ali Bongo, le porte-parole présidentiel a en répondant à une question de la presse, indiqué que 10 000 emplois avaient été créés au Gabon pour la seule année 2018.

Une information tout de même surprenante lorsque l’on sait que depuis les mesures d’austérité déclenchées en juin 2018, on assiste à un dégraissage forcée à la Fonction publique. Ali Bongo et son gouvernement y avaient même ordonné le gel des recrutements jusqu’en 2021.

Le porte-parole présidentiel annonçant la prouesse d’Ali Bongo

Dans le secteur privé les entreprises plombées par la dette intérieure impayée de l’Etat, multipliaient les dépôts de bilan. Seule Olam, la filiale d’un géant Singapourien où le fils d’Ali Bongo, Noureddin, est l’un des directeurs généraux se vantait d’être seconde pourvoyeuse d’emplois dans le pays.

Des prouesses présidentielles qui sont loin d’être perceptibles. Le pays étant en proie à un chômage des jeunes qui a atteint des proportions inquiétantes. Ce d’autant que, les entreprises privées ont vu leurs chiffres d’affaires dégringoler en raison de la crise économique qui secoue le pays depuis 2016. ce qui a valu au Gabon d’être secouru par un programme d’ajustement structurel dicté par le Fonds monétaire international.

Au-delà des discours et des annonces les gabonais souhaitent surtout dans leur quotidien voir la problématique du chômage et particulièrement celui des jeunes être classée au rang des priorités par les plus hautes autorités.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile