22:32

Démantèlement du PDG

Bruno Ben Moubamba va cesser sa « grève de la faim » ce vendredi


Société
  • Bruno Ben Moubamba va cesser sa « grève de la faim » ce vendredi © 2017 D.R./Info241
Publié le 6 décembre 2017 à 16h37min

Après avoir annoncé le 1er novembre, en grandes trombes, la deuxième grève de la faim de sa carrière politique tumultueuse, Bruno Ben Moubamba a enfin décidé de mettre fin à cette dernière ce vendredi 8 décembre. Une fin qui coïncide hasardeusement avec la tenue ce samedi du congrès ordinaire du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968) qu’il souhaite comme certains membres de la majorité, voir voler en éclat sinon démanteler.

Plus que quelques jours avant la fin de la seconde grève de la faim de l’imperturbable Bruno Ben Moubamba. Moins spectaculaire que la première faite en 2009, et surtout moins emblématique après son éviction surprise du gouvernement par Issoze Ngondet, Moubamba a fini par transformer sa « grève de la faim » en « jeûne pour la Nation ». Un jeûne qui a pour but, rappelons-le, d’appeler à la fin de l’Etat-PDG que dirige pourtant son nouvel ami Ali Bongo.

Lire aussi >>> Bruno Ben Moubamba a débuté une seconde grève de la faim pour « sauver » le Gabon

Il faut dire qu’en plus d’un moins de « grève de la faim », le Vice-Premier ministre déchu d’Ali Bongo et ancien candidat à la présidentielle, a quelque peu perdu du poids et s’est laissé tenté par un nouveau look : se laisser pousser la barbe ! Alors que l’objectif de son « jeûne » semble toujours pas atteint, car l’Etat-PDG décrié demeure, le gréviste de la faim dit avoir « terminé le travail » du démantèlement du PDG.

Il se murmure même que Bruno Ben Moubamba a mis fin à sa grève de la faim, la veille du congrès du PDG, pour pouvoir y participer aux cotés de son ancien ennemi politique Ali Bongo. Un amour « sincère » serait né entre les deux hommes depuis la présidentielle controversée d’août 2016. Un amour qui lui a enfin permis de devenir ministre d’un « vrai » gouvernement plutôt que président, le poste qu’il convoitait pourtant depuis 2009.

Cette grève aura finalement duré 38 jours. Une période pendant laquelle le gréviste VIP de la faim s’est offert des voyages en Europe, des conférences de presse et autres sorties publiques peu communes en pareille situation. Une chose est sûre, le patron de l’ACR en a bien profité pour tenter de revenir dans le jeu politique du PDG partagé entre la mort et le « renouveau » que dit incarner Ali Bongo.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile