09:27
URGENT >>>

Militaires tués le 7 janvier : l’Etat gabonais retarde toujours des obsèques aux familles


Remaniement gouvernemental

Rose Ossouka prêtera serment en catimini à l’ambassade du Gabon au Maroc


Politique
  • Rose Ossouka prêtera serment en catimini à l’ambassade du Gabon au Maroc © 2019 D.R./Info241
Publié le 11 février 2019 à 19h34min

Le Gabon va avoir une nouvelle capitale ce mardi 12 février : Rabat. C’est depuis cette ville marocaine que la nouvelle ministre de la Défense nationale nommée depuis le 30 janvier prêtera enfin serment devant Ali Bongo qui y a élu domicile depuis sa convalescence. C’est l’ambassade du Gabon au Maroc qui prêtera son cadre à cette cérémonie qui verra la présence des membres de la Cour constitutionnelle au complet.

Ali Bongo continue de faire fonctionner le Gabon au rythme de sa convalescence, lui qui a été victime d’un accident vasculaire cérébral le 24 octobre et qui ne veut toujours pas entendre parler de vacances de pouvoir. Devant son impossibilité à regagner le Gabon pour y faire prêter serment à sa ministre, Ali Bongo le fera donc depuis l’ambassade gabonaise au Maroc.

L’ancienne maire de Libreville dans l’impossibilité de devenir dans les normes ministre de la Défense nationale car n’ayant pas toujours prêté serment devant Ali Bongo, conformément à l’article 15 de la Constitution, a enfin une voie de sortie. Dans un communiqué présidentiel parvenu ce lundi à la rédaction d’Info241, la cérémonie de prestation est annoncée pour ce mardi au Maroc.

C’est dans cette ville de Rabat qui deviendra le temps de cette cérémonie une ville gabonaise, que la nouvelle ministre va enfin prêter son serment de ministre. Une première pour le Gabon dont la vie politique reste rythmée à ce qui se passe au Maroc, entre convalescence et secret sur l’état de santé réel d’Ali Bongo.

Selon la formule désormais consacrée et voulue par Ali Bongo, la nouvelle ministre devra jurer ce mardi de « respecter la Constitution et l’État de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans le strict respect de ses obligations de loyauté à l’égard du chef de l’État, de garder religieusement, même après la cessation de mes fonctions, la confidentialité des dossiers et des informations classés secret d’État et dont j’aurai eu connaissance dans l’exercice de celles-ci ».


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile