10:06

Insécurité

Quid des enlèvements et des crimes rituels au Gabon ?


Analyse
  • Quid des enlèvements et des crimes rituels au Gabon ? © 2018 D.R./Info241
Publié le 21 mai 2018 à 10h30min

Notre chroniqueur Jofrid Mayossa revient cette fois sur l’insécurité galopante qui semble avoir élu domicile au Gabon. Les enlèvements de personnes en vue de probables crimes rituels sont de retour. Ceux-ci seraient menés à des fins fétichistes, croit-il savoir. Et ce, sous le regard passible des autorités gabonaises qui semblent n’avoir trouver aucune solution à ce phénomène qui endeuille de nombreuses familles. Lecture.

Au Gabon, particulièrement à Libreville, se promener seul, que se soit en journée ou même au coucher du soleil, devient très risqué et dangereux. Pour cause ? Le phénomène des enlèvements fait en sorte que les populations soient dans une stupeur et panique totale. La dernière en date, est la petite Lyn-Émmanuelle qui a disparu à la plage du Tropicana et dont les parents seraient toujours à sa recherche.

De plus en plus de personnes font des témoignages d’enlèvement raté, comme cette jeune sœur dont nous connaissons, qui, si ce n’était le Seigneur, serait certainement morte aujourd’hui. Et il y’a plusieurs autres exemples de ce types, même ceux que la presse ne publie pas. Personne n’est à l’abri de cet acte impropre et ignoble.

La question est de savoir, pourquoi et qui sont ces commanditaires tapis derrière ces enlèvements ? En Afrique et particulièrement au Gabon, en période électorale nous constatons toujours des enlèvements, des crimes etc... C’est dire que plusieurs personnes en quête de pouvoir, sont toujours prêtes à tout, même au prix du sang humain pour briguer par exemple une simple place de conseiller municipal, maire, député, sénateur, directeur, ministre etc...

Et généralement, ces enlèvements sont suivis de crimes rituels ou crimes dit de sang. C’est un phénomène très en vogue au Gabon. Lorsqu’une personne est enlevée, durant le rite, on prélève ses organes génitaux, la langue, les yeux, les oreilles et toutes autres parties pouvant servir à des fins fétichistes. Pour ces personnes, ce mode opératoire est devenue indispensable, voir capital pour briguer une fonction publique de premier plan.

C’est dommage, mais c’est la triste réalité de plusieurs de nos pays africains, qui pensent que le sang est le moyen le plus garant pour faire asseoir son pouvoir ! Mais il faut que des voix s’élèvent pour dénoncer et condamner ouvertement ces œuvres des ténèbres. Il faut que des voix se prononcent pour inlassablement fustiger ce comportement inhumain. Ce sont des crimes contre l’humanité qui devraient être punis par nos justices africaines.

Nous interpellons donc les pouvoirs publics à plus de responsabilités et à punir les coupables et commanditaires de ces enlèvements et crimes. À la population, il est conseillé de ne pas traîner seul dans des endroits à haut risque la nuit, à être vigilant lorsqu’on prend les taxis peu importe l’heure et à s’assurer d’être bien en sécurité chez soi. Les parents doivent donc éviter d’envoyer les tous petits chez le boutiquier du quartier une fois la nuit tombée.

Jofrid Mayossa


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile