03:48

Bavure militaire

Lycéens gazés dans un taxi : le ministère gabonais de la Défense évoque un « incident malheureux »


Société
  • Lycéens gazés dans un taxi : le ministère gabonais de la Défense évoque un « incident malheureux » © 2017 D.R./Info241
Publié le 15 novembre 2017 à 13h13min

Il aura fallu 6 jours au ministère des Affaires présidentielles et de la Défense nationale pour communiquer enfin sur l’incident incriminant un gendarme ayant jeté du gaz lacrymogène à bord d’un taxi-bus le 8 novembre à Libreville. Hier, c’est au journal télévisé de Gabon Télévision que le ministère en charge de la gendarmerie a fait débouler sa version des faits, reconnaissant la responsabilité du militaire qui « débordé » par les lycéens pourtant hors du taxi-bus, a préféré gazer à lacrymogène ceux se trouvant à l’intérieur du véhicule.

Les autorités gabonaises ont enfin fait connaitre leur version des faits après qu’un gendarme ait mercredi dernier jeté une grenade lacrymogène dans un taxi-bus confiné provoquant un tollé général des parents et de plusieurs organisations de défense des élèves du lycée technique national Omar Bongo au quartier PK5 aux environs de 7h45.

Ce mardi soir accusé de mutisme et d’être rongé par la culpabilité d’un de ses agents, le ministère des Affaires présidentielles et de la Défense nationale a par la voix de l’une de ses secrétaires générales, le général de brigade Elisabeth Nyngomanda Renombo, eu « l’honneur d’exposer les faits tels qui se sont produit et les mesures prises à l’encontre du militaire à l’origine de ce regrettable incident », a signalé d’entrée de jeu la communicante.

Le communiqué d’explication du ministère de la Défense nationale

Pour les autorités gabonaises, l’incident serait dû à des gendarmes « débordés » face à des élèves « [qui tentaient d’ériger des barricades suite à la carence de moyens de transport pouvant leur permettre de rallier leur établissement ». Face à cette situation pourtant bien banale dans le pays, « les gendarmes ont tant bien que mal, réussi à organiser les embarquements à bord des taxi-bus disponibles ».

A l’embarquement du quatrième taxi-bus, « subitement une foule s’est ruée sur les gendarmes organisant le service », a raconté Elisabeth Nyngomanda Renombo. Et c’est donc à ce moment que le « gendarme pris à partie par les élèves, a tenté de se soustraire de cette emprise en dégoupillant une grenade lacrymogène dans le taxi-bus ». Le ministère déplore un « incident malheureux » qui a « occasionné des dégâts corporels et matériels dont un blessé léger et un cas ayant fait une crise d’asthme ».

Le ministère de la Défense nationale dit avoir ouvert une enquête ayant conduit à l’interpellation des « meneurs » qui ont été entendu sur procès verbal. Quant au gendarme à l’origine de cette tentative d’asphyxie des passagers du taxi-bus, il est « actuellement gardé dans les locaux de la police militaire au Gros-bouquet. Celui-ci »fait l’objet de sanctions disciplinaires à titre conservatoire en attendant l’aboutissement de l’enquête en cours".


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile