13:57
URGENT >>>

Les noms des 10 candidats au très convoité fauteuil de président du CGE


Doctorat

La justice climatique et environnementale au cœur d’une thèse de doctorat soutenue en France


International
  • Dr Nestor Engone Elloué adoubé par la communauté scientifique par les membres du jury de soutenance doctorale © 2018 D.R./Info241
Publié le 7 février 2018 à 15h21min

Le jeune chercheur Gabonais Dr Nestor Engone Elloué a récemment soutenu sa thèse de doctorat en philosophie à la Salle des thèses de la Maison de la recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, intitulée : « Justice environnementale et responsabilité historique. Une approche restauratrice. » En sa qualité de membre du jury, le Professeur Émérite Catherine Larrère qui a introduit la philosophie environnementale en France dans les années 1990, a félicité l’impétrant qui selon elle est « parvenu, sur un sujet d’actualité complexe, qui fait l’objet de nombreux débats, et pour lequel il n’existe aucune étude de référence qui fasse vraiment autorité, à mener une réflexion originale qui lui permet aussi bien d’examiner les positions en présence que de présenter la sienne propre ».

Lors de son speech de soutenance publique, le jeune chercheur Gabonais Nestor Engone Elloué qui a défendu les résultats de ses années de recherche doctorale avec brio a expliqué ce qui suit : « Le traitement des inégalités environnementales globales doit se faire en tenant compte de la différence d’impact des pays dans l’avènement de la crise environnementale. Ces inégalités n’impliquent pas seulement des injustices de redistribution liées au partage du fardeau environnemental ou des injustices historiques liées aux passifs écologiques coloniaux et aux émissions historiques de gaz à effet de serre du Nord. Elles impliquent également des injustices de participation et de reconnaissance ». Au sortir de sa brillante soutenance publique, Info241 a interviewé l’impétrant pour en savoir plus sur les enjeux de son travail.

Info241. Comment en êtes-vous parvenu à travailler sur des questions environnementales et de développement durable qui semblent ne pas avoir un lien avec la philosophie, vous qui avez un parcours de formation de 3e cycle en étude philosophique ?

Dr Nestor Engone Elloué : Tout peut avoir un lien avec la philosophie. Je me suis intéressé aux questions environnementales dès ma deuxième année de licence à Libreville. J’étais bénévole au sein de l’Institut Jane Goodall, une ONG environnementale qui ouvrait à ce moment une antenne au Gabon. C’est à partir de cette expérience associative que je me suis demandé ce que la philosophie pouvait apporter comme réponses aux enjeux environnementaux (raréfaction des ressources, dégradation de la biodiversité, changements climatiques, etc.). J’ai alors orienté mon projet de master sur les enjeux éthique et politique de la crise écologique.

Info241. C’est un sujet d’actualité d’indiquer les responsabilités des pays pollueurs bien que les réticences de la Chine et des Etats-Unis sous l’ère de Donald Trump ont sabordé l’accord climat de Paris issu de la Cop21. Comment quitte-t-on des questions éthiques en lien avec les problématiques environnementales pour arriver aux questions de justice climatique ?

Dr Nestor Engone Elloué : Après mon Master recherche je me suis rendu compte que plusieurs auteurs se limitaient à saisir les enjeux moraux du problème et pas vraiment les enjeux de justice. Or, bien que cette crise soit mondiale, elle affecte différemment les populations du monde. Les pays sont inégalement affectés, inégalement en capacité de faire face aux dommages alors qu’ils ont inégalement contribué à la survenue du problème : cette une situation injustice qui touche en particulier les pays du Sud. Les pays industrialisés riches ont une responsabilité historique en raison des émissions passées et continuées de gaz à effet de serre, mais aussi en raison des conséquences environnementales de la colonisation. On parle en général à ce propos de "dette écologique du Nord".

L’enjeu pour moi a donc été de monter comment cette responsabilité historique pouvait être convertie en obligation de justice. J’ai entamé cette recherche doctorale à l’Université Bordeaux Montaigne, sous la direction du Pr Céline Spector, au sein du Laboratoire Sciences Humanités Philosophie (SPH). Mon ambition a été dès lors de rédiger un véritable plaidoyer pour la justice environnementale et climatique au niveau international.

Le chercheur gabonais défendant son travail scientifique lors de sa soutenance publique

Info241. Les membres du jury vous ont félicité pour cette "importante contribution à ces questions complexes, et d’un intérêt passionnant’’. Ils ont salué à l’unanimité la qualité du travail et son originalité. A quoi tient précisément cette originalité scientifique ?

Dr Nestor Engone Elloué : Elle tient en partie à l’approche restauratrice de la justice que je propose, mais également aux propositions de transformations institutionnelles que je formule. Pour faire très court, dans mon travail je montre les insuffisances de la manière dont les questions de justice climatique et environnementales sont traitées tant sur le plan théorique que dans le cadre des négociations internationales. Le problème des approches dominantes est le suivant : soit elles occultent la question de la responsabilité historique du Nord, soit elles minorent la nature multidimensionnelle des injustices en présence.

D’une part, l’approche restauratrice que je propose permet de tenir compte du passé dans la répartition des obligations entre les Etats. D’autre part, elle permet surtout de recentrer le processus de justice sur l’ensemble des victimes du Sud et leurs besoins de justice afin d’apporter une réponse complète à la réparation des injustices historiques et présentes, ainsi qu’à la prévention des injustices futures. Pour créer les conditions de cette prévention, j’ai proposé une transformation des arènes institutionnelles que sont l’ONU et le PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement).

Info241. Vous êtes aussi très engagé dans vie associative pour les questions de panafricanisme, d’état de droit et de démocratie en Afrique francophone notamment du Gabon. Y a-t-il un lien entre vos engagements associatifs et vos travaux de recherche doctorale ?

Dr Nestor Engone Elloué Durant mes premières années de thèse j’ai présidé une association étudiante panafricaine dont le siège est à Bordeaux. En 2013 j’ai initié les "Journées de réflexion sur l’Afrique" sans que cela ne soit en lien avec mes recherches. Par contre, j’ai récemment cofondé l’Institut pour la Justice Environnementale (IJE) qui vise à promouvoir le débat public sur les questions des inégalités environnementales en Afrique francophone. Le lien dont vous parlez peut être pourra être fait dans ce cadre là.

Rappelons que le jury de thèse présidé par M. Christophe Bouton, Professeur de l’Université Bordeaux Montaigne, était composé de Mme Catherine Larrere, Professeur émérite de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonn Mme Magali Bessone, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mme Céline Spector, Professeur, Université Paris-Sorbonne qui a été la directrice de thèse du jeune chercheur gabonais qui a soutenu des travaux scientifiques de bonne facture, riche en proposition dont les autorités gabonaises, africaines et du monde gagneraient à exploiter dans les politiques publiques environnementales et climatiques.

Propos recueillis par Rostano Mombo


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile