18:42

Solidarité

Hommage AMO : son fils au chevet des sinistrés gabonais à Libreville


Société
  • L’opposant gabonais André Mba Obame disparu le 12 avril 2015 au Cameroun © 2017 D.R./Info241
Publié le 15 avril 2017 à 11h10min

L’ancien secrétaire exécutif de l’Union Nationale (UN), candidat à l’élection présidentielle en 2009, André Mba Obame (AMO), disparu le 12 avril 2015 à Yaoundé au Cameroun des suites d’une longue et mystérieuse maladie, a reçu un vibrant hommage d’un de ses fils, Joseph Atomo. En marquant le clou de la date d’anniversaire de la mort de son père, par un acte humanitaire et de solidarité envers des sinistrés des inondations du quartier Nzeng Ayong, zone dite "grand village" a constaté notre reporter sur place à Libreville.

Chaque 12 avril est désormais une date qui ne passe inaperçue dans la tête de bon nombre de Gabonais qui ont estimé en 2009 qu’il avait été le véritable vainqueur de l’élection présidentielle de cette année. Et pourtant André Mba Obame que ce peuple appelait affectueusement AMO n’aura jamais gouverné le Gabon. Et pour cause, il mourût brutalement pour son combat politique suite à une maladie qui reste non élucidée à nos jours.

Pour sa famille biologique, cette date rappelle bien encore le triste souvenir de sa disparition à Yaoundé, la capitale camerounaise. En mémoire donc de cette date tragique pour elle, des festivités et autres actes solennels sont souvent posés pour immortaliser l’illustre disparu. Son fils a tenu à dépolitiser cet hommage en restaurant une partie de la mémoire de son père qui en dehors de son combat politique, accordait un pesant d’or aux valeurs humanitaires et de solidarité.

Interrogé par Info241 sur son absence à la cérémonie d’hommage dans le village natal de son père, Joseph Atomo qui est sur place à Libreville« s’est dit agréablement surpris d’apprendre sur les réseaux sociaux l’hommage rendu à son père par Jean Ping à Medouneu. En précisant que bien que certains membres de la famille aient été conviés, personnellement il n’a pas été informé ».

Joseph Atomo fils du défunt AMO remettant un don de matelas et d’ustensiles de maisons aux sinistrés

Alors que cette année, le actions d’hommage politique du moins très médiatisées, l’an dernier, seraient passes presque sous silence, si un de ses fils, Joseph Atomo, 24 ans et du reste très effacé, n’avait pas été surpris par notre reporter dans les tréfonds du quartier Nzeng Ayong. Notamment, dans le 6ème arrondissement de la capitale, frappé par les multiples inondations que subissent les riverains Libreville depuis des décennies.

Ce sont au moins à 17 familles recensées et en présence d’une quarantaine d’individus que le fils du défunt secrétaire exécutif de l’Union Nationale est venu remettre du baume au cœur en leur offrant gracieusement un don composé essentiellement de matelas, de ventilateurs, de moustiquaires imprégnées et de congélateurs.

Un geste humanitaire apprécié à sa juste valeur par les sinistrés

Quand le moment est venu pour le jeune bienfaiteur de donner les raisons profondes de son acte, il répondra en toute modestie par une anecdote qu’il dira tenir de son illustre défunt père. En affirmant : « Alors qu’il était déjà malade en 2012, je suis allé voir papa et lui ai demandé pourquoi n’abandonnerait-il pas simplement la politique et se mettre définitivement en exil hors du Gabon puisque tu t’es déjà mis à l’abri du besoin ? Qui s’occupera de nous si tu devais nous laisser sitôt ?  ». Et de poursuivre en disant : « Papa m’a longuement regardé avant de me répondre que s’il lui arrivait de partir, ce serait les Gabonais, le peuple Gabonais qui allaient nous garder ».

Joseph Atomo à l’écoute des sinistrés

Soulignons en définitive que le jeune homme très discret et peu bavard réfute catégoriquement, à ce stade du moins, toute hypothèse d’un baptême de feu en politique. Préférant inscrire l’œuvre et la démarche familiale en hommage à leur père que dans le seul cadre du social et de l’assistance aux couches les plus vulnérables de notre société.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile