13:24

Crise au Gabon

Des Gabonais s’invitent au meeting de campagne de Nicolas Sarkozy à Franconville


International
  • Les manifestants Gabonais au meeting de Franconville de Sarkozy © 2016 D.R./Info241
Publié le 20 septembre 2016 à 09h02min

La crise post-électorale gabonaise n’épargne pas la droite française encore moins son candidat à la primaire Nicolas Sarkozy. En plein meeting hier à Franconville dans le Val d’Oise (Île-de-France), une dizaine de Gabonais ont fait irruption dans la salle, pour l’inviter à aller « chercher » Ali Bongo, lui qui aurait contribué à l’installer au pouvoir au Gabon en 2009.

Quand la crise post-électorale gabonaise s’invite dans la campagne à la primaire à la présidentielle française de la droite et du centre de Sarkozy. Ce lundi soir, alors qu’il était en déplacement à Franconville (France), des Gabonais mobilisés contre Ali Bongo ont fait irruption lors du meeting local de l’ancien président français.

Les invités surprises de Sarkozy arboraient le drapeau national gabonais et scandaient en cœur « Sarkozy, vient chercher Ali Bongo ». Leur irruption sera de courte durée puisque le service d’ordre a vite fait de les indiquer la sortie, interrompant au passage le discours du candidat à la primaire. Mais le message est bel et bien passé !

Le film de cette irruption relayé sur les réseaux sociaux

On se souvient que lors de la présidentielle gabonaise de 2009, Nicolas Sarkozy alors président de la France, s’était invité dans la crise post-électorale de l’époque en adoubant avant la Cour constitutionnelle, son poulain Ali Bongo.

Plusieurs sources avaient indiquées depuis que Nicolas Sarkozy aurait été la pièce-maîtresse de l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo au Gabon. De même que l’ancien président français aurait eu en retour de son soutien, des participations dans la nébuleuse holding de la famille Bongo : la très secrète Delta Synergie présente dans l’actionnariat des principales entreprises ayant pignon sur rue au Gabon.

D’où la sortie de ces manifestants Gabonais à ce meeting de Sarkozy pour l’inviter à aller « chercher » le président sortant gabonais Ali Bongo, accusé lui, d’avoir organisé un massacre de masse dans l’attaque du QG de campagne de son rival Jean Ping dans la sombre nuit du 31 août.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile