05:49

Boycott CAN 2017

CAN 2017 : le Gabon menace ses citoyens prévoyant des actes de sabotage de la compétition


Société
  • CAN 2017 : le Gabon menace ses citoyens prévoyant des actes de sabotage de la compétition © 2016 D.R./Info241
Publié le 31 décembre 2016 à 10h22min

La fête du football que le Gabon s’apprête à accueillir pourrait bien être le théâtre "d’actes de sabotage" de la part de "certains citoyens" mécontents. C’est ce que révèle un communiqué lu hier par la ministre gabonaise des Sports, Nicole Asselé, promettant à ces citoyens "frustrés" les foudres de la justice gabonaise.

Le gouvernement gabonais a prévenu hier les éventuels fouteurs de troubles de la prochaine CAN de football qui débutera dans moins de deux semaines. Dans une communication lue vendredi à la télévision publique gabonaise, Nicole Asselé est sortie du bois pour mettre en garde ses "compatriotes" pour que ceux-ci retrouvent selon elle, "la raison et le bon sens".

Pour la ministre et fille de Jean Boniface Asselé, oncle du président Ali Bongo, "des informations percutantes parfois documentées font état de la préparation active par certains citoyens des actes de boycott de la 31ème édition de la phase finale de la CAN Total Gabon 2017".

Sans en dire plus notamment sur la nature des actes prévus, Nicole Asselé affirme que "ces actes de sabotage sont projetés par ces citoyens, vraisemblablement des compatriotes à Libreville, Port-Gentil, Franceville et Oyem toucheraient l’ensemble des sites d’attraction retenus toucheraient tant en dehors qu’à l’intérieur des stades de compétition".

Pour la ministre des Sports, "les auteurs de ces actes blâmables et délictueux sont des activistes déjà identifiés venant transposer leur frustration politique résultant des leurs échecs électoraux sur le sport en général et le football en particulier facteur d’amitié et de cohésion légendaire entre les peuples".

Qualifiant même ces compatriotes de "pêcheurs en eau trouble", Nicole Asselé a tenu à menacer ces "activistes" qu’ils étaient "dans le collimateur des forces de défense et de sécurité ainsi que dans le viseur des services de justice compétents pour que force reste à la loi". Avant de rassurer les délégations et équipes participantes que "toutes les dispositions sécuritaires nécessaires à leur quiétude tout au long de la compétition et au-delà, aussi bien à l’intérieur à qu’extérieur des stades".

Voilà qui garantit une CAN sous haute tension après une présidentielle qui n’a toujours pas disparu des esprits. Les activistes appelant au boycott de cette CAN, le faisant pour dénoncer le hold-up électoral de l’actuel président du Gabon, réélu dans des conditions de transparence douteuse et de graves anomalies décriées notamment par les observateurs de l’Union européenne.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile