Fusillade

RDC : Des casques bleus tuent deux civils et blessent 15 autres à la frontière avec l’Ouganda

RDC : Des casques bleus tuent deux civils et blessent 15 autres à la frontière avec l’Ouganda
RDC : Des casques bleus tuent deux civils et blessent 15 autres à la frontière avec l’Ouganda © 2022 D.R./Info241

Des militaires de la Brigade d’Intervention de la force des Nations Unies, ont ouvert le feu, dimanche à Kasindi, à la frontière entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda « pour des raisons inexpliquées et forcé le passage  », causant la mort de deux civils et 15 blessés, a indiqué le gouvernement congolais.

Info241 sur Whatsapp

Le gouvernement annonce que « deux civils ont été tués et 15 autres blessés à la suite des coups de feu tirés par des casques bleus d’un contingent de la brigade d’intervention de la MONUSCO en provenance de l’Ouganda et de leur passage en force à la frontière », selon un communiqué du porte-parole du gouvernement congolais.

Ces casques bleus ne pourront plus faire partie des contingents de la MONUSCO en attendant l’aboutissement d’un plan de retrait en RDC, selon le même communiqué dans lequel Kinshasa condamne le meurtre. Parmi les blessés figurent «  deux policiers qui étaient commis à la barrière  », a déclaré Barthélemy Siva, fonctionnaire délégué du gouverneur du Nord-Kivu à Kasindi, cité frontalière à l’Ouganda.

Reconnaissant cet incident, la mission a précisé que les casques bleus ont ouvert le feu « pour des raisons inexpliquées ». Cet incident grave a causé « des pertes en vies humaines et des blessés graves », a déclaré la cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, dans un communiqué.

Elle a qualifié ce comportement d’ «  inqualifiable et irresponsable » et annoncé que « les auteurs de la fusillade ont été identifiés et mis aux arrêts en attendant les conclusions de l’enquête qui a d’ores et déjà commencé en collaboration avec les autorités congolaises  ».

Les contacts ont été également établis avec le pays d’origine de ces militaires «  pour qu’une procédure judiciaire soit initiée urgemment avec la participation des victimes et des témoins, afin que des sanctions exemplaires soient prises dans les meilleurs délais », selon le même communiqué.

Mme Keita s’est dite « profondément choquée et consternée » par ce grave incident. Cet incident intervient alors que le Secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, est en mission en RDC pour baisser les tensions nées des manifestations contre la présence onusienne dans le pays. 16 personnes et trois casques bleus sont morts dans des échauffourées.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article