00:46

Soupçons de corruption

Traque anti-corruption : l’AJEV épinglée, s’exprime enfin et appelle à « l’unité de tous »


Société
  • Brice Fargeon et Patrichi Tanasa, l’ancien ADG de Gabon Oil Company épinglé dans les enquêtes en cours pour corruption en bande organisée © 2019 D.R./Info241
Publié le 27 novembre 2019 à 20h24min

Alors que tout le Gabon a été secoué ce mercredi par les révélations sur les malversations financières commises durant deux ans par Patrichi Tanasa, éminent membre de l’Association des jeunes émergents (AJEV, majorité) de Brice Fargeon, le directoire de cette association pro-Ali Bongo s’est enfin fendu d’un communiqué sur la situation. La communication qui n’est pas signée, a été publiée ce mercredi soir sur la page Facebook officielle de l’AJEV. L’association commente à sa façon ce nouveau scandale de détournements de derniers publics qui frappe la galaxie présidentielle.

Lire aussi >>> Patrichi Tanasa, l’AJEV, les Alihanga et les 85 milliards dérobés à Gabon Oil Company

L’AJEV s’est enfin exprimée ce mercredi soir sur les interpellations en cascade qui touchent ses membres depuis l’éviction de Brice Fargeon de la Présidence gabonaise le 7 novembre dernier. Selon ce « message » officiel, le premier depuis l’éclatement des soupçons de gabegie et de malversations, l’AJEV dit prendre acte que « une vaste opération de lutte contre la corruption a été mise en place » par les autorités gabonaises et « qu’un certain nombre d’adhérents à notre plateforme serait mise en cause » dans celle-ci.

Un message en pleine tempête

Sans plaider l’innocence de ses membres dans les scandales dévoilés par voie de presse à petites gouttes, l’AJEV préfère appeler « l’ensemble de nos adhérents à faire preuve de retenue, de vigilance et de respect de l’Etat de droit, qui ont toujours été les valeurs cardinales de l’Ajev » face aux « innombrables rumeurs, ragots et fake news véhiculés ». Avant de souligner que ceux qui pensent « peut être bien faire » autour de cette affaire judiciaire, ajoutent « la division à un moment où notre pays a plus que jamais besoin de l’unité de ses fils ».

Le message de l’AJEV

Sauf que les faits grave étayés par le quotidien pro-gouvernemental l’Union ce mercredi, ne laisse planer aucun doute sur le vaste de réseau de corruption et blanchissement dont a usé l’Ajevien Patrichi Tanasa pour faire disparaître 85 milliards des caisses de l’Etat pour financer le train de vie princier de ses proches et de la galaxie BLA. Des informations que l’association de Brice Fargeon se garde bien de condamner tant elles montrent les dessous d’une gestion opaque qui n’a profité qu’à une bande d’amis et copains au détriment de l’intérêt commun si souvent clamé par l’AJEV.

Les Ajeviens confiants ?

Les Ajeviens profitent tout de même de leur « message » public pour remercier littéralement Ali Bongo pour les avoir évincé de postes juteux qu’ils occupaient dans administration gabonaise et ses nombreuses structures étatiques. L’association saisit même l’occasion pour réaffirmer sa « confiance en la justice de notre pays et demeurons fidèles en la vision prônée par le Président de la République, Chef de l’Etat et prônons le rassemblement et l’unité de tous autour de ce dernier ».

L’AJEV conclu son « message » en remerciant encore « les plus hautes autorités de l’Etat pour la promotion de notre Président Fondateur en tant que Ministre ». Une promotion au gouvernement à en croire le communiqué associatif qui a longtemps hésité à s’exprimer sur la question et sa mise à l’écart de la vie publique de ses membres. Espérons que cela suffise à donner du baume médiatique à cette association dont les membres sont toujours inquiétés par plusieurs affaires de corruption, d’enrichissement illicite et de malversations financières du temps où le président de l’AJEV, Brice Fargeon, faisait la pluie et le mauvais temps au palais présidentiel.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile