22:39
URGENT >>>

Séraphin Moundounga interpelle « sur les menaces qui pèsent sur la paix et la stabilité au Gabon »


Dette publique

Le Gabon sollicite à nouveau un emprunt de 10 milliards sur le marché de la CEMAC


Economie
  • Sosthène OSSOUNGOU NDIBANGOYE, le directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor © 2016 D.R./Info241
Publié le 29 décembre 2016 à 12h08min

A quelques jours de la tenue de la CAN 2017 de football, le Gabon cherche toujours à renflouer ses caisses fortement ébranlées par la baisse de ses recettes pétrolières. L’Etat gabonais a à nouveau émis hier sur le marché sous-régional de la CEMAC 10.000 bons de son Trésor public pour espérer emprunter 10 milliards de F.CFA.

Face à la difficulté de recourir désormais aux grandes places financières occidentales, le Gabon n’a plus d’autres choix que celui de solliciter le marché financier sous-régional à travers des émissions des bons du trésor, pour faire face à ses nombreuses difficultés de trésorerie. C’est l’objet de ce nouvel emprunt sollicité via la direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor.

Cette direction a sollicité mercredi dernier, un nouvel emprunt par voie d’adjudication de bons de trésor assimilables pour un montant de 10 milliards F.CFA. Le Gabon s’engage à rembourser cet emprunt à échéance du 29 décembre 2017. Le volume d’émissions est de 10 000 coupons d’une valeur nominale de 1 million de francs. Les éventuels souscripteurs doivent se rapprocher des 12 banques sous-régionales agréées pour cette opération.

C’est la énième fois que le Gabon recourt à des emprunts à répétition sur les marchés après notamment une recrudescence en novembre dernier. Selon le ministère gabonais de l’Économie, le gouvernement qui s’en félicite, aurait réussi à lever 94,7 milliards de F.CFA sur le marché financier sous-régional au 1er semestre 2016, contre 35,2 milliards de francs sur la même période en 2015. Cela représente 26,8% des émissions totales des pays de la zone CEMAC.

Une situation économique défavorable qui n’a pas d’éteint sur le pays pétrolier et son ambition d’organiser la CAN de football dont le coût global est évalué à plus de 465 milliards. La crise économique du pays n’aura donc ainsi aucun impact sur la fête du football africain que le pays accueillera le mois prochain au grand dam d’autres priorités sociales et de développement.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile