01:40
URGENT >>>

Les employés du secteur pétrolier du Gabon en grève générale de 3 jours depuis ce matin


Révision constitutionnelle

Le Gabon pourrait avoir une nouvelle Constitution ce mercredi, insufflée par Ali Bongo


Politique
  • Le Gabon pourrait avoir une nouvelle Constitution ce mercredi, insufflée par Ali Bongo © 2018 D.R./Info241
Publié le 8 janvier 2018 à 07h16min

Voulu par Ali Bongo après l’organisation de son dialogue d’Angondjé et sa réélection contestée à la tête du Gabon en aout 2016, le nouveau projet de révision constitutionnelle pourrait être définitivement adopté ce mercredi par sénateurs et députés réunis en congrès. Une bonne nouvelle pour le texte qui a subit de lourdes modifications imposées par le Sénat. La chambre basse aura finalement été la seule à analyser le texte controversé dans toutes ses coutures.

Ali Bongo peut avoir le sourire. Tout porte à croire que son projet de révision constitutionnelle né de la crise post-électorale de la présidentielle d’août 2016, pourrait être enfin adopté ce mercredi par les parlementaires gabonais réunis en congrès. Adopté le 14 décembre sans modification du texte initial proposé par le gouvernement à l’Assemblée nationale, les sénateurs gabonais ont failli tout remettre en cause en toilettant quelque peu les mesures controversées du texte.

Cette adoption en des termes non identiques avait obligé la mise en place d’une commission ad hoc mixte composée de sénateurs et de députés le 4 janvier. Celle-ci aura finalement avalisé les modifications du sénat. Notamment celle sur la nécessité de prestation de serment des hauts cadres militaires, des ministres qui devaient de prêter serment devant le président de la république avant leur entrée en fonction. Un revirement qui a donné des sueurs froides à l’exécutif d’autant que la mesure n’était aucunement contenu edans le rapport final du dialogue politique d’Ali Bongo.

Depuis vendredi 6 janvier, le texte adopté par la commission mixte paritaire a été soumis à la Cour constitutionnelle qui devra elle aussi statuer sur sa constitutionnalité avant son adoption finale en congrès mercredi. Selon la Constitution actuelle, « la présence d’au moins deux tiers des membres des deux Chambres est exigée. La présidence du congrès est assurée par le président de l’Assemblée nationale. Le bureau du congrès est celui de l’Assemblée nationale. Une majorité qualifiée des deux tiers des suffrages exprimés est requise pour l’adoption du projet de révision constitutionnelle ».


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile