Web-Stat analytics
Polémique sociétale

Homosexualité : la dépénalisation sur la table des sénateurs gabonais ce jeudi

Homosexualité : la dépénalisation sur la table des sénateurs  gabonais ce jeudi
La devanture du sénat où aura lieu le vote en plénière © 2020 D.R./Info241

Après la validation en première lecture mardi par l’Assemblée nationale, du projet de reforme du Code pénal incluant la suppression de l’alinéa 5 de l’article 402 qui pénalisait l’homosexualité en République gabonaise, le texte est depuis ce jeudi matin devant les sénateurs. Le Sénat est ainsi appelé à se prononcer sur la dépénalisation de l’homosexualité qui fait polémique dans l’opinion.

Lire aussi >>> Dépénalisation de l’homosexualité : Nkoghe Bekale se félicite de la victoire du « oui » !

En effet, la haute chambre du parlement gabonais est devenue le seule rempart au rejet du texte querellé mais aussi celle qui pourrait bien doucher les espoirs des opposants à la dépénalisation de l’homosexualité. En cas de rejet par le sénat, donc une victoire du « non », le texte repartira à l’Assemblée nationale pour une nouvelle approbation.

La présidente du sénat et les sénateurs devant un tournant historique

Les sénateurs devraient se prononcer d’ici à ce vendredi sur l’issue à accorder au texte qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale qui a ouvertement soutenu le texte, a salué la victoire du « oui » obtenu auprès des députés et appelé à un changement de mentalités autour de la stigmatisation des homosexuels au Gabon.

Le texte soumis aux sénateurs doit être adopté à l’identique de celui validé mardi par l’Assemblée nationale. Si le désaccord se prolonge, le Premier ministre a la faculté de provoquer la réunion d’une commission mixte paritaire des deux chambres chargée de proposer un texte commun sur les dispositions demeurant en discussion.

Nous y reviendrons.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article