00:22

Front judiciaire

Nominations du CSM : le Synamag gagne son bras de fer contre les autorités gabonaises


Société
  • Les syndicalistes du Synamag dans la rue lundi dernier à Libreville © 2016 D.R./Info241
Publié le 11 juin 2016 à 08h55min

En grève depuis déjà plusieurs jours, le Syndicat national de la magistrature (Synamag) qui était vent debout contre les nominations controversées du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) du 10 mai, a réussi à gagner son bras de fer. Le syndicat des magistrats gabonais était hier chez le président gabonais dont il a obtenu le gèle des nominations contestées et une nouvelle session ordinaire du CSM pour un retour à la normale.

Le bureau du Synamag reçu hier au palais présidentiel

C’est inédit ! Le bureau du Synamag a obtenu hier du président gabonais Ali Bongo, la suspension des nominations controversées du CSM intervenu le 10 mai dernier. Les magistrats qui contestaient la nomination de 5 personnalités en violation du statut de la profession, ont réussi à faire plier les autorités gabonaises dont le ministère de la Justice qui y tenait visiblement.

Lire aussi >>> Les magistrats gabonais dans la rue pour exiger l’annulation des nominations du CSM

Réunis hier au palais présidentiel autour du président de la république, par ailleurs président du CSM à l’origine de la grogne des hommes en toge noire mais aussi des premier présidents des hautes cours et du ministre de la Justice, les syndicalistes qui avaient battu ce lundi 6 juin, le pavé de la rue pour dénoncer ces nominations, ont obtenu gain de cause pour un retour à la sérénité dans la maison justice gabonaise.

Le Synamag déplorait dès le 19 mai dernier, l’irrégularité de ces nominations prises dans le mépris selon eux des statuts régissant la profession ainsi que de plusieurs textes du secteur. Ils contestaient notamment la nomination à la tête de la Cour d’appel de Libreville de Sidonie Flore Ouwé ainsi que de 4 autres personnalités. Évoquant même une immixtion du politique dans la justice.

Lire aussi >>> Le Synamag de nouveau sur le pied de guerre contre les nominations du CSM

Interrogée par nos confrères de Gabon Initiatives, Sidonie Flore Ouwé promue Premier président de la Cour d’appel de Libreville avait qualifié ces contestations de "non événement". Avant d’indiquer qu’elle restait confiante : "Ma température reste toujours à 37°. J’essaie de lire les textes et je me dis par extraordinaire que s’il y a une erreur, ce qui m’étonnerait, que celle-ci, ne me serait pas imputable".

Le moins que l’on puisse dire est que les magistrats ont fait plier leur ministère de tutelle qui avait qualifié ces nominations de régulières et conformes aux textes en vigueur. Entraînant ainsi une paralysie du secteur avec la montée au créneau du Synamag contre le ministère de la Justice dirigé par Séraphin Moundounga.

De cette audience, les syndiqués ont obtenu du président de la République la tenue d’un prochain Conseil Supérieur de la Magistrature ordinaire dans les prochaines semaines, probablement avant la fin du mois de juin, pour procéder à de nouvelles nominations acceptées de tous. Les syndicalistes ont appelé à une assemblée générale de restitution de cette audience le mercredi 15 juin à Libreville.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile