13:29
URGENT >>>

Les Panthères du Gabon s’imposent dans la douleur à Djouba face au Soudan du Sud


Front social

Les assurés de la CNAMGS désormais refoulés des hôpitaux publics gabonais !


Société
  • Les assurés de la CNAMGS désormais refoulés des hôpitaux publics gabonais ! © 2018 D.R./Info241
Publié le 10 juillet 2018 à 13h24min

C’est l’une des menaces brandies par le Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (SYMEFOGA) jeudi dernier lors d’une assemblée générale. Une décision prise en raison du cumul des impayés de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) vis-à-vis des structures sanitaires publiques du pays mais aussi des mesures d’austérité prises dernièrement par le gouvernement visant notamment à baisser leur salaire et leur mise sous bons de caisse pour le mois de juillet.

La CNAMGS de Renaud Allogo Akoue serait-elle un si mauvais payeur ? C’est ce que semble croire le SYMEFOGA qui a décidé de ne plus recevoir les bénéficiaires de cette caisse d’assurance maladie dans les structures publiques à compter de ce mardi 10 juillet. Une mauvaise nouvelle pour les usagers et autres bénéficiaires de cette couverture maladie d’Etat.

Réuni en assemblée générale le 5 juillet dernier au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL), le syndicat des médecins gabonais est clairement en colère. Une rencontre au cours de laquelle les médecins ont décidé de ’l’arrêt de l’utilisation des feuilles de soin et bons d’examen CNAMGS à compter du mardi 10 juillet 2018 sur l’ensemble du territoire jusqu’au règlement intégral de sa dette’’ vis-à-vis des hôpitaux publics.

Selon le Dr Adrien Mougougou, président de ce syndicat de médecins et autres personnels de santé : « Après de multiples interpellations sur cette question [la dette de la CNAMGS, ndlr] aux conséquences gravissimes à la fois pour les patients, pour le personnel et les équipements, nous constatons avec une vive amertume, l’absence de réponse conséquente de la part de la CNAMGS et donc du gouvernement ».

Les médecins fonctionnaires brandissent également la menace d’une « grève générale illimitée en cas de baisse de salaire’’. Mais aussi d’un ’’arrêt de travail de quinze jours en cas de mise sous bons de caisse, juste un an après la dernière mise sous bons de caisse dont les résultats ne sont toujours pas communiqués ».


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile