23:13

Justice

L’opposant gabonais Frédéric Massavala de nouveau face à la justice ce jeudi matin


Société
  • L’opposant gabonais Frédéric Massavala de nouveau face à la justice ce jeudi matin © 2019 D.R./Info241
Publié le 16 mai 2019 à 05h16min

Considéré comme l’un des nombreux prisonniers politiques de l’ère Ali Bongo, l’opposant Frédéric Massavala Maboumba sera ce jeudi matin devant le juge. L’ancien porte-parole de la Coalition pour la nouvelle république (CNR, opposition radicale) de Jean Ping avait été condamné le 8 février dernier à cinq ans de prison dont trois avec sursis pour provocation à un attroupement non armé. Ayant fait appel de cette décision, son procès s’ouvre donc aujourd’hui au palais de justice de Libreville.

Lire aussi >>> Un porte-parole de Jean Ping, Frédéric Massavala détenu par la DGR au Gabon

Frédéric Massavala Maboumba parviendra-t-il à obtenir un meilleur jugement que celui que lui avait infligé la justice gabonaise en février 2019 ? L’opposant et ses avocats veulent y croire avec l’ouverture ce matin de son procès en appel. L’ancien porte-parole de Jean Ping incarcéré depuis septembre 2017, totalise déjà plus de 19 mois en prison dont 16 sans le moindre procès.

La justice gabonaise lui reproche le chef d’accusation de « provocation directe à un attroupement non armé par discours proférés publiquement et instigation aux actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat ». Au fort de vives contestations de la réélection controversée d’Ali Bongo, Frédéric Massavala Maboumba avait appelé avec d’autres leaders de l’opposition à organiser une marche pacifique contre le régime de Libreville.

L’un des appels à la mobilisation diffusé par ses soutiens pour le procès qui s’ouvre ce 16 mai

Une décision que l’opposant paie lourdement avec son incarcération qui se poursuit à la prison centrale de Libreville et avec la "lourde peine" prononcée contre lui par le tribunal de première instance de Libreville. Avec ce procès en appel, l’opposant qui avait été candidat aux législatives d’octobre 2018 toujours depuis sa cellule, espère enfin être lavé des charges qui pèsent encore sur lui. Ou tout du moins, à parvenir à réduire la peine prononcée dernièrement par la justice de son pays.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile