01:24

Justice

Coup d’Etat du 7 janvier : 9 militaires et un militant de l’opposition gabonaise écroués !


Société
  • Quatre des 6 membres du commando qui avaient pris d’assaut Radio-Gabon pour appeler à un soulèvement populaire © 2019 D.R./Info241
Publié le 9 février 2019 à 17h15min

Outre le commando de 6 militaires dont deux avaient été tués sur-le-champ, la justice gabonaise a inculpé 4 autres personnes dans le cadre du coup d’Etat manqué du 7 janvier. Ils sont désormais 10 à être poursuivis dans le cadre de cette tentative de renversement du régime d’Ali Bongo. Parmi ces militaires incriminés et placés depuis le 7 février en détention préventive à la prison centrale de Libreville, figure étonnement le civil Edwin-Ballack Obame Mebiame, militant de l’Union nationale (UN, opposition radicale).

Lire aussi >>> Deux militaires gabonais abattus pour avoir réclamé une « transition démocratique »

Les 10 commanditaires du second coup d’Etat de l’histoire du Gabon séjournent depuis ce jeudi à la prison de Gros-Bouquet de Libreville. Selon le procureur de la république qui a tenu une conférence de presse hier après-midi à Libreville dans ses bureaux, les mis en cause, dix au total, ont été placés sous mandat de dépôt par la justice gabonaise.

Lire aussi >>> Que réclamaient les jeunes militaires gabonais qui ont tenté de renverser Ali Bongo et ses institutions

Il s’agit de du lieutenant Kelly Ondo Obiang (commandant adjoint de la Compagnie d’honneur de la Garde républicaine), de l’adjudant Dimitri-Wilfried Nze Minkom, de l’adjudant Estimé Bidima Manogo, du sergent-chef Ralem-Abel Ango, l’adjudant Paul Sadibi Ibinga, le maréchal des logis chef-major Ulrich-Armel Afana Ongo, du maréchal des logis chef-major Ben-Doedlay Mvouby Wora, du maréchal des logis chef Guy-Roger Mintsa Mi Ona, du maréchal des logis chef Gilles Yoka et de Edwin-Ballack Obame Mebiame.

Le procureur N’zahou lors de sa conférence de presse hier

Ce dernier cité qui n’est pourtant pas militaire comme les 9 autres, est curieusement poursuivi dans le cadre de cette affaire. Les chefs d’accusation portés contre eux sont « association de malfaiteurs, vol qualifié, atteinte à la sûreté de l’État, séquestration et dégradation des biens publics, crimes et délits prévus et punis par les articles 48, 49, 68,193, 194, 250, 292, 295, 332 et 335 du Code pénal », a souligné hier le procureur N’zahou.

Lire aussi >>> Coup d’Etat du 7 janvier : 4 des 6 auteurs présumés aux mains de la justice gabonaise

Les dix auteurs présumés du putsch manqué du 7 janvier dont seuls 4 avaient été arrêtés sur à Radio-Gabon, pourraient séjourner en prison de longs mois avant leur procès. En effet, le juge d’instruction militaire dont le nom n’a pas été communiqué, dispose de 27 mois pour éclaircir les zones d’ombre de l’enquête préliminaire qui a été ouverte par le parquet de Libreville. Enquête qui a conduit à l’arrestation des 9 militaires et du militant de l’opposition incriminés.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile