17:38

Corruption politique

Ali Bongo débourserait des millions pour corrompre ses opposants en France


Société
  • Thibaut Adjatys (gauche) et Jonas Moulenda auraient-ils goûté à cette corruption active ? © 2018 D.R./Info241
Publié le 7 juin 2018 à 19h17min

Depuis ce jeudi matin, la toile gabonaise est inondée d’enregistrements téléphoniques d’activistes proches de l’opposition en France. Dans ces extraits audios, on apprend qu’Ali Bongo et son cabinet présidentiel dirigé par Brice Laccruche feraient des pieds et des mains pour corrompre les détracteurs du régime basés en France. Des sommes faramineuses déboursées qui pourraient atteindre les 100.000 € soit plus de 65 millions de nos francs, révèle ces extraits.

Il n’y a de secret que le temps ne révèle. Ainsi, depuis plusieurs mois Ali Bongo et ses hommes auraient changés de stratégie pour s’attirer les faveurs de ses opposants. Dans plusieurs conversations téléphoniques qui ont fuité ce matin, le cabinet présidentiel serait prêt à tout pour mettre ses opposants les plus virulent dans sa poche. Surtout depuis la résurgence d’actions de défiance qui se multiplient contre lui depuis l’annonce des résultats de la présidentielle controversée d’août 2016.

Dans les extraits publiés notamment par la radio périphérique Mapane FM, on entend distinctement l’activiste Thibaut Adjatys en conversation avec le journaliste en exil Jonas Moulenda, se plaindre de l’insignifiance des sommes proposées par le régime pour supprimer l’un des posts publiés sur le réseau social Facebook où il y est très suivi. « 2.000 € au lieu des 100.000 qu’a reçu Allogho ? », lance l’activiste à son interlocuteur.

Les extraits téléphoniques qui ont fuité ce jeudi

Des sommes qui attiserait le tournis et la jalousie des militants d’Ali Bongo du Gabon qui eux, doivent se contenter d’un maigre 5.000 ou 10.000 FCFA et d’un tee-shirt pour afficher leur sympathie pour le régime. Une injustice notamment relevée par les militants du parti au pouvoir en France qui voit la précieuse manne financière de leur guide « engraisser » les opposants. Ce, en lieu et place des militants de la première heure d’Ali Bongo en France bien que peu audible depuis le déclenchement de la crise post-présidentielle.

Ces révélations montrent bien une chose, le régime de Libreville toujours contesté par sa diaspora, est désormais prêt à tout pour s’offrir le silence de ses détracteurs. Quitte à sortir des caisses plusieurs millions de nos francs. Des deniers dont on ignorent la source de financement et qui auraient pu servir à construire le développement du pays. La paix politique n’a donc aucun prix ! Affaire à suivre...


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile