Malaise municipal

Malgré son malaise, Léandre Nzue toujours gardé à vue à l’hôpital militaire de Libreville

Malgré son malaise, Léandre Nzue toujours gardé à vue à l’hôpital militaire de Libreville
Malgré son malaise, Léandre Nzue toujours gardé à vue à l’hôpital militaire de Libreville © 2020 D.R./Info241

On en sait un peu plus sur les circonstances du malaise du maire de Libreville qui avait rendez-vous lundi au palais de justice. Léandre Nzue aurait ainsi eu son malaise dans les couloirs du tribunal alors qu’il se rendait dans le bureau de la juge du tribunal spécial qui devait l’interroger. Une affaire de corruption présumée dans laquelle le maire tremperait ainsi que deux autres de ses collaborateurs municipaux, également interrogés hier. Malgré son transfert hier après-midi à l’hôpital militaire du PK9, l’homme de 63 ans demeure gardé à vue par les militaires du B2.

Lire aussi >>> Accusé d’être corrompu, le maire de Libreville fait un énorme malaise en plein tribunal !

Le sang de Léandre Nzue n’a fait qu’un tour hier au tribunal de première instance de Libreville. Et pour cause, l’édile en garde à vue depuis vendredi au B2, un service de renseignement militaire rattaché à la Présidence gabonaise, devait comparaître en vue de son placement ou non en détention préventive à la prison centrale de Libreville. Le puissant maire n’aurait pas tenu devant le théâtre de sa propre descente aux enfers.

Le maire dans la tourmente, Léandre Nzue

L’homme aurait ainsi fait un énorme malaise en se rendant chez la juge. Léandre Nzue qui a requis les services de quatre avocats pour sa défense, n’a visiblement pas supporté l’angoisse de se voir probablement jeté en prison. Selon l’un de ses avocats, Me Hyacinthe Angoue Ntoutoume, le puissant maire de la capitale aurait fait une attaque cardiaque. "L’électrocardiogramme qui lui a été fait, a confirmé que notre client a fait une attaque cardiaque", a-t-il souligné à nos confrères de L’union.

Lire aussi >>>Déboires judiciaires de Léandre Nzue : toujours aucune réaction officielle du PDG !

L’avocat décrit en détail la survenue du malaise du maire inquiété par la justice : "juste au moment où on venait de nous faire appel pour que notre client soit entendu, il est tombé sur le parvis de la porte du procureur, qui a alors fait appel au Smur-CNSS". Et l’avocat de révéler que son "client n’a finalement pas été entendu par les magistrats, et l’équipe partie à l’hôpital militaire nous a dit qu’il ne se portait pas bien", a plaidé Me Angoue Ntoutoume.

Ce malaise ne change rien à l’affaire puisque le maire central de la commune de Libreville reste blotti dans les mains de la justice. « Il est toujours un gardé à vue », a rappelé hier son autre avocat Me Jean Paul Moubembe. La santé primant avant tout, la suite de la procédure reste suspendue aux examens pratiqués depuis hier sur le maire. "Personne ne les connait encore", a indiqué Me Moubembe.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article