Justice

Accusé d’être corrompu, le maire de Libreville fait un énorme malaise en plein tribunal !

Accusé d’être corrompu, le maire de Libreville fait un énorme malaise en plein tribunal !
Le maire et une vue des ambulances venues à son secours au tribunal de Libreville, ce lundi © 2020 D.R./Info241

Le maire de la capitale gabonaise, Léandre Nzué, est dans de sales draps. Gardé à vue depuis vendredi dans les locaux du B2, il a été présenté ce matin devant un juge au tribunal de première instance de Libreville. Lors de cette audience, l’édile en disgrâce aurait fait une attaque cardiaque avant d’être conduit à l’hôpital militaire du PK9. Une suspension d’audience qui ne permettra certainement pas au maire central du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) de la capitale d’échapper aux lourdes charges qui pèsent contre lui notamment celles de détournements de fonds publics et de blanchiment d’argent.

Lire aussi >>> Le maire de la capitale gabonaise Léandre Nzue gardé à vue au B2 !

Léandre Nzué n’a visiblement pas tenu devant les questions du juge chargé de l’interroger ce lundi au tribunal de Libreville sur une affaire de corruption massive au sein de l’hôtel de ville qu’il dirige depuis 19 mois. En plein interrogatoire, le maire pourchassé par la justice n’aura pas tenu longtemp devant l’évocation des charges pesant sur lui. Il aurait fait un malaise cardiaque obligeant l’intervention de plusieurs ambulances du samu social.

La devanture de l’hôpital militaire du PK9 où le maire serait dans un état grave

Selon plusieurs sources, le maire en déchéance, aurait mis la main sur pas moins de 23 milliards en 19 mois de magistère. Il est accusé de détournements de fonds publics et blanchiment d’argent avec trois de ses complices parmi lesquels Christian Enghot (inspecteur général municipal) et Ramsès Ekomi (conseiller politique du maire). Ses trois complices présumés sont également pris en tenaille à la Direction générale de la contre-ingérence et de la sécurité militaire (DGCISM), chargée de mener cette enquête anti-corruption.

Léandre Nzue ne devrait donc pas être déféré aujourd’hui à la prison centrale où la justice gabonaise y jette sans autre forme de procès des personnalités accusées de corruption. A l’hôpital militaire où il a été transféré ce lundi après-midi, l’édile de Libreville serait dans un état comatique. Toute chose qui ne garantit pas si tôt son retour rapide devant la case tribunal.

Nous y reviendrons.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article