09:35

Remaniement

Issoze Ngondet met fin à l’aventure gouvernementale de Ben Moubamba


Politique
  • Issoze Ngondet met fin à l’aventure gouvernementale de Ben Moubamba © 2017 D.R./Info241
Publié le 8 septembre 2017 à 07h03min

L’aventure gouvernementale gabonaise de Bruno Ben Moubamba aura finalement duré 340 jours. Déjà rétrogradé de Vice-Premier ministre à simple ministre de l’Habitat et du Logement le 25 août, Issoze Ngondet a mis fin hier aux fonctions qu’exerçaient jusque-là l’ancien candidat à la présidentielle devenu au lendemain de son échec, le « meilleur » ami d’Ali Bongo. Une amitié désormais soumise à rude épreuve.

Il aura finalement fallu 11 mois et 5 jours à Ali Bongo pour se débarrasser de son "ministre" gênant qui n’aura pas manqué d’alimenter les grandes frasques du gouvernement Issoze Ngondet I et II. Dans un communiqué lu hier soir sur la télévision publique gabonaise, le Premier Ministre en personne a dressé l’ensemble des griefs reprochés à son ministre déchu : manque de "solidarité gouvernementale", manquements à son "devoir de responsabilité" et enfin, le "respect de la hiérarchie".

Le communiqué de l’éviction de Moubamba

En effet, Bruno Ben Moubamba connu pour s’épancher convulsivement sur son compte Facebook à chaque contrariété avec le gouvernement d’Ali Bongo, avait jeté mercredi soir, un pavé dans la marre contre le Premier Ministre. L’accusant de vouloir mettre la main sur plusieurs prérogatives dépendant de son précieux ministère sur ce qu’il a appelé les "affaires foncières". Des insinuations qui n’ont pas fait la joie d’Emmanuel Franck Issoze Ngondet qui lui donne ainsi la réplique en l’excluant, avec l’accord d’Ali Bongo, de son gouvernement.


Deux des posts rageurs indexant Issoze Ngondet

Le désormais ministre sans emploi a vite fait de réagir sur son compte Facebook toute cette nuit à son éviction brutale. Allant même jusqu’à pousser un ouf de soulagement : « Grâce à Dieu, je n’ai pas perdu mon âme à cause du pouvoir ». Avant de rebondir, sûrement pour s’en convaincre : « Ce n’est pas le Premier Ministre qui m’a viré. C’est moi qui ait décidé de le quitter en brisant une certaine "omerta", en dénonçant le management extrêmement nul de l’actuel Premier Ministre ».

Après 340 jours à louer la "vision providentielle" d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba dénonce désormais « un Plan de Relance Économique inapplicable, une gestion de la crise de l’éducation invraisemblable, un "Dialogue Citoyen et Politique" peu crédible, une haine viscérale pour son VPM quitte à détruire des projets nobles, une décision illégale de priver son Ministre d’Etat de toutes ses prérogatives ». Un avant-goût du grand déballage qu’il fera ce lundi au siège de son parti à Libreville.

Bruno Ben Moubamba ancien opposant radical, avait terminé troisième de la présidentielle d’août 2016 avec 0,53% des suffrages. Il avait aussitôt reconnu Ali Bongo alors que des doutes planaient sur sa réélection controversée grâce à des résultats soviétiques et vertigineux obtenus dans la province du Haut-Ogooué. Nommé Vice-Premier ministre le 2 octobre 2016, il n’avait cessé de vanter la "providence" et son amour pour un Ali Bongo qui a validé hier sa sortie du gouvernement.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile