Réaction Politique

Les jeunes de l’UPG fustigent le flagrant déni de démocratie du PDG

Les jeunes de l’UPG fustigent le flagrant déni de démocratie du PDG
Les jeunes de l’UPG fustigent le flagrant déni de démocratie du PDG © 2015 D.R./Info241

Les réactions à la suite de la sortie des frondeurs du PDG se multiplient dans l’opinion. Dans un communiqué parvenu ce mercredi à notre rédaction, Anges Kevin Nzigou président du Mouvement des Jeunes Upégistes tendance Moukagni-Iwangou, s’exprime sur la sortie des élus et cadres militants du PDG qui vient réveiller un ’’Parti Etat’’ « particulièrement sinistre inutile et inintéressant en même temps qu’il livre un aveu des plus précieux pour le débat politique national ».

Lire aussi >>> « Héritage et Modernité », la solution anti-naufrage du parti démocratique gabonais

Nous vous livrons dans les lignes qui suivent, l’intégralité de cette réaction aux allures satiriques au sujet d’un parti qui existe depuis 1967 et qui a brillé notamment par un déni de démocratie au temps du parti unique et d’une divinisation de son leader politique, le feu président Omar Bongo.

Pour le porte étendard de la jeunesse de de l’UPG loyaliste, parti de l’opposition dirigé par Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, président en exercice du Front uni de l’opposition, à travers la sortie de l’honorable, cadre du PDG, Alexandre Barro Chambrier, a confirmé la situation de crise politique. Et surtout, de mauvaise gouvernance, de gabegie, dont fait montre le pouvoir d’Ali Bongo.

Le Mouvement des Jeunes Upégistes se réjouit qu’à travers sa sorite la majorité des cadres de ce parti fantasque vient confirmer l’inertie avec des mots jusqu’ici propres à l’Union du peuple Gabonais.
 
Ce qui prouve au demeurant que l’UPG et son président Jean de Dieu Moukagni Iwangou sont une valeur sûre et une alternative certaine à la situation chaotique du pays “opportunément mise à profit par des phalanges profito-situationnistes” identifiés par les élus et cadres du parti au pouvoir.
 
Les jeunes upégistes constatent qu’après avoir entonné pendant 6 ans, devant une popu-lation désabusée, une ode peu crédible au rassemblement et à la sérénité, le pouvoir émergent est aujourd’hui renvoyé dans les cordes par ses propres moyens, accréditant par là même le discours constant et continue de l’opposition citoyenne.
 
Le MJU se félicite du constat désormais partagé que le pays est géré par des personnalités “incompétentes et illégitimes” comme le qualifie justement à propos les élus du parti au pouvoir dont le constat jette une couche supplémentaire d’effroi puisqu’ils nous livrent sans complaisance le portrait du chef de l’exécutif qui est justement présenté comme un homme qui n’est pas “à l’écoute de tous” et qui est tenu dans une “gaine”, un “carcan”, une “armure clanique dans laquelle, le pays entier, interlo-qué et consterné, le découvre vêtu”.
 
Les jeunes upégistes marquent leur inquiétude au moment où les membres du gouvernement parcourent le pays avec leur association “ploutocratique aux relents phalangistes” pour faire campagne et que le Chef préfère le tourisme diplomatique, les deux aux frais du contribuable.
 
Le peuple est bailloné et se trouve dans l’impossibilité de s’exprimer. Pire, cette gouvernance accroit “la pauvreté, la précarité inhumaine de nos concitoyens, l’exclusion et les discriminations politiques, économiques et so-ciales en toute violation flagrante du pacte républicain”
 
En posant ce diagnostique, les élus et cadres du PDG reconnaissent et valident indirectement le discours du Président Moukagni-Iwangou qui offre une autre voie et donne d’avantage d’arguments aux gabonais pour tourner la page de la politique désastreuse d’Ali Bongo.
 
Le MJU regrette, sans étonnement, que les frondeurs du PDG fassent encore semblant d’espérer la voie du changement au sein du PDG, alors que chacun sait à quel point ce parti est aujourd’hui une coquille vide qui s’approvisionne sur tout sujet en propositions et discours auprès des “habiles profito-situationnistes” qu’ils dénoncent.
 
Le MJU constate que l’UPG, fort de ses vingt-six ans d’opposition constante, est l’alternative crédible et indiscutable pour le changement dans notre pays que les pédé-gistes ont été incapables d’incarner de tout temps. L’UPG est ce parti qui a vu juste depuis le départ, jugeant le PDG aussi inefficace à répondre aux attentes des gabonais que violent contre son peuple et les plus démunis.
 
Les jeunes upégistes remercient, les cadres et élus du PDG “Héritage et Mo-dernité” de le reconnaitre aujourd’hui publiquement. Et invite le peuple gabo-nais à doubler de détermination et de vigilance pour arriver au changement véritable pour le bien de tous.
Anges Kevin Nzigou, Président du Mouvement des Jeunes Upégistes


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article