10:23

Revirement

Brice Laccruche Fargeon est passé de l’autre côté du miroir !


Analyse
  • Brice Laccruche Fargeon est passé de l’autre côté du miroir ! © 2019 D.R./Info241
Publié le 12 novembre 2019 à 15h56min

C’est officiel, l’ancien surpuissant directeur de cabinet présidentiel d’Ali Bongo est depuis ce lundi, simple membre du gouvernement sans ministère régalien. Celui qui était jusque-là le seul à porter la parole d’un Ali Bongo victime d’un violent AVC, est devenu par la cérémonie de prestation d’hier, le nouvel exécutant de la politique d’Ali Bongo dont les résultats peinent à être perceptible depuis 2009. Un changement de paradigme pour ce natif de Marseille (France), devenu la voix « autorisée » d’Ali Bongo, le patron « bis » du Gabon.

Lire aussi >>> Brice Laccruche Fargeon, à son tour chassé du palais présidentiel gabonais !

Plutôt de donner des ordres, Brice Laccruche Fargeon devra désormais s’habituer à en recevoir à la fois d’Ali Bongo que de Julien Nkoghe Bekale, son nouveau patron direct. Un passage de l’ordre coté du miroir de la vie politique gabonaise pour celui qui était considéré à tord ou à raison comme le « messager intime » d’Ali Bongo avec toutes les ampliations de subordination et d’arrogance sur le gouvernement, le Parti démocratique gabonais et toute la majorité présidentielle.

Une nouvelle ère

La cérémonie de prestation de serment qui s’est déroulée hier au palais présidentiel de Libreville est donc venu sceller le sort de ce cumulard de nombreuses fonctions prestigieuses au sommet de la pyramide du régime d’Ali Bongo. De plus, le novice ministère que lui a confié Ali Bongo au terme du remaniement de jeudi dernier, ne manque pas d’interroger. Fargeon sera désormais chargé d’assurer le suivi de la stratégie des investissements humains et des objectifs du développement durable. Autant dire un chantier titanesque impossible à quantifier en termes de résultats.

Le regard d’Ali Bongo sur son nouveau ministre hier

Un ministère aux contours flous dont l’existence n’a été annoncée que jeudi, pour la première fois des deux magistères d’Ali Bongo. Ce qui a eu le chic d’être perçu comme une sanction plus qu’une promotion pour ce franco-gabonais qui trônait au sommet de la majorité présidentielle et de son gouvernement. Autant dire que Fargeon a du pain sur la planche et l’éviction de ses plus proches collaborateurs tels que Justin Ndoundangoye, est venu sonner le glas de sa cour qui infestait l’administration publique gabonais pour lui en donner pleinement le contrôle.

Un haut-parleur attendu sur le terrain

Brice Laccruche Fargeon est désormais de l’autre coté du miroir politique, fini les positions tonitruantes et les postures politiques endiablées sur les incompétences supposées des membres du gouvernement. Place à l’action, non plus aux consignes inspirées de la « vision » d’Ali Bongo. Il est ministre du gouvernement, chargé de matérialiser en actes la parole d’un Ali Bongo dont plusieurs membres du gouvernement peinent à connaitre et à mettre en musique. Un défi que seul peut certainement réussir un Fargeon, celui qui aimait bien trop à en parler et à en vanter la grandeur.

Affaire à suivre...


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile