12:30
URGENT >>>

L’opposant gabonais Bertrand Zibi Abeghe est en danger de mort en prison, alerte Amnesty International


Malaise d’Ali Bongo

Vœux à la nation d’Ali Bongo : l’Union nationale y voit une « funeste théâtralisation »


Politique
  • Zacharie Myboto, président de l’Union nationale © 2019 D.R./Info241
Publié le 5 janvier 2019 à 08h11min

Le mini-discours de vœux de nouvel ab d’Ali Bongo prononcé depuis son exil médical à Rabat (Maroc) continue de faire réagir. L’Union nationale (UN, opposition) a, dans un communiqué parvenu à la rédaction d’Info241, tenu à dénoncer une « funeste besogne (...) mettant en scène un malade, une personne affaiblie au regard hagard, éprouvant d’énormes difficultés à articuler ». Avant d’appeler à l’unité des « patriotes » pour obtenir enfin l’application de l’article 13 de la Constitution lié à la vacance de pouvoir.

La courte vidéo d’Ali Bongo du 31 décembre dernier n’a visiblement pas convaincu grand monde sur sa capacité à demeurer au pouvoir eu égard aux séquelles visibles de son récent accident vasculaire cérébral. C’est du moins ce que pense le parti de Zacharie Myboto qui dans un communiqué hier, a tenu à dénoncer cette « funeste théâtralisation » d’un Ali Bongo malade « instrumentalisé » et « chosifié » par son entourage.

Pour l’Union nationale, « le message à la Nation du chef de l’État a plutôt renforcé les doutes sur la capacité d’Ali Bongo Ondimba d’assumer les lourdes charges liées à la fonction de président de la République ». Et de s’indigner contre « les conservateurs acharnés du pouvoir Bongo-PDG » qui « viennent de montrer à la face du monde jusqu’à quel point ils peuvent chosifier, piétiner la dignité et l’honneur d’un homme de leur propre camp, juste pour la conservation du pouvoir ou la préservation de leurs intérêts ».

Pour Zacharie Myboto, « Depuis le 24 octobre 2018, le pays qui tournait déjà au ralenti, se trouve dans une situation constitutionnelle inédite. En 70 jours, aucun décret n’a été signé. La loi de Finances 2019 qui devait être promulguée avant le 31 décembre 2018 ne l’est pas ». Ce qui l’amène à conclure que « l’absence du chef de l’État bloque le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ».

Et d’appeler « tous les patriotes, sans exclusive, toutes les forces du changement et de la Résistance doivent s’unir, pour exiger ensemble l’application de l’article 13 de la Constitution, sauver la démocratie en péril, préserver notre pays des lendemains incertains et opposer une résistance farouche à toutes les velléités de conservation éhontée du pouvoir ». Dans cette optique, l’Union Nationale se dit prête « à se joindre, initier ou accompagner tout mouvement unitaire allant dans ce sens ».


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile