Web-Stat analytics
Faits divers

Une femme tue par empoisonnement deux personnes à Lambaréné

Une femme tue par empoisonnement deux personnes à Lambaréné
Un plat de feuilles de manioc ayant servi à tuer les deux des personnes décédées à Lambaréné © 2020 D.R./Info241

La ville Lambaréné (centre du Gabon) est de nouveau secouée par un fait divers digne d’un scénario de film nigérian. Alors que l’on ne connait toujours pas le mobile de cette affaire, une gabonaise aurait vraisemblablement commis l’irréparable en empoissonnant 15 personnes venues déguster un plat de feuilles de manioc chez elle, prisé dans le pays. Parmi les victimes de cette intoxication alimentaire, un homme de 70 ans et un jeune enfant de 5 ans. Transporté dans une structure hospitalière, ils y ont trouvé la mort.

Une Gabonaise d’une cinquantaine d’années est actuellement soupçonnée d’homicide volontaire par intoxication alimentaire sur 15 personnes dont 2 ont perdu la vie à Lambaréné. Rosine Mapaga a dernièrement été placée sous mandat de dépôt à la prison centrale de capitale provinciale du Moyen-Ogooué.

Les enquêteurs de la PJ de Lambaréné ont du pain sur la place dans cette affaire

Selon nos confrères de l’Union, la mise en cause âgée de 51 ans, aurait servi à ses 15 convives un repas mortel à base de feuilles de manioc. Après avoir consommées ledit repas, ces 15 personnes qui ont été prises de malaise. Conduites au Centre hospitalier régional Georges Rawiri de Lambaréné, deux d’entre elles ont finalement trouvé la mort.

Il s’agit de Théophile Mandembe (70 ans) et Wellé Ogandaga (5 ans). Seules 13 autres convives ont pu sortir indemnes de ce repas empoisonné. Ils ont été hospitalisées et seraient hors de danger. En attendant que la police judiciaire chargée de faire toute la lumière sur cette affaire boucle son enquête, la prévenue séjourne actuellement à la prison centrale de Lambaréné.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article