05:29
URGENT >>>

Julien Nkoghe Bekale promet 803 nouvelles salles de classe pour la rentrée 2019-2020 !


Imbroglio judiciaire

Santé d’Ali Bongo : le patron du syndicat des magistrats gabonais tire à vue sur la juge suspendue


Société
  • Santé d’Ali Bongo : le patron du syndicat des magistrats gabonais tire à vue sur la juge suspendue © 2019 D.R./Info241
Publié le 23 août 2019 à 18h47min

Alors que Paulette Ayo Mba s’attendait certainement à avoir le soutien du Syndicat national des magistrats du Gabon (SYNAMAG) dans l’affaire de sa suspension administrative, pour avoir contraint Ali Bongo à s’expliquer sur sa santé détériorée par un AVC devant la Cour d’appel de Libreville, il n’en sera rien ! Mieux, le syndicat pourtant souvent à couteaux tirés avec les décisions de la tutelle, a plutôt pris le partie de celle-ci. La juge esseulée, pourrait bien se retrouver sans soutien de ses pairs. Cette décision devrait intervenir à la rentrée judiciaire des membres du SYNAMAG.

Le président du SYNAMAG a pris position dans l’affaire de la suspension de la juge gabonaise ayant jugée recevable une requête de l’opposition contraignant Ali Bongo à un procès sur sa santé. Pour Germain Nguema Ella, la juge Ayo Mba Akolly est totalement fautive dans cette affaire qui fait grand bruit et qui l’oppose au ministère de la Justice. Chancellerie qui a pris une sanction lourde contre la juge, pour avoir convoqué le 26 août prochain Ali Bongo devant un tribunal.

Lire aussi >>> Une juge gabonaise suspendue pour avoir rejeté une requête d’Ali Bongo sur sa santé

« Depuis que je suis en fonction, je n’ai jamais vu un conflit de ce genre, jamais ! En vérité, lorsque le sursis est prononcé par la Cour de cassation, la juridiction inférieure (Cour d’appel) respecte immédiatement la décision de la Cour de cassation. », a laissé entendre hier Germain Nguema Ella dans une interview parue dans l’hebdomadaire Moutouki. Avant d’ajouter : "De même que le tribunal de première instance ne peut pas apprécier une décision de la Cour d’appel, de même, la Cour d’appel ne peut pas apprécier une décision de la Cour de cassation".

Le président du SYNAMAG cloue au pilori la juge qui pourtant a pris une décision courageuse : « J’ai essayé de chercher dans la jurisprudence. On n’a jamais vu cela ». Une position assez rare pour être soulignée pour ce syndicat qui a souvent à dos les décisions des autorités de tutelle. Comme quoi, il ne reste presque personne pour défendre la juge qui a écopé lundi, d’une suspension administrative pour avoir débouté les avocats d’Ali Bongo de leur requête en annulation de ce procès en appel.

Rappelons que le procès à l’origine de cette sanction a été intenté par un collectif citoyen proche de l’opposition, Appel à agir, qui continue de s’interroger sur les capacités cognitives et intellectuelles d’Ali Bongo après le violent AVC qui l’a terrassé le 24 octobre dernier en déplacement à l’étranger. AVC qui avait contraint Ali Bongo à s’exiler à l’étranger durant plusieurs mois pour y recevoir des soins appropriés.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile