Front religieux

Le RPM met en garde contre le recours à la force pour entraver la réouverture des églises

Le RPM met en garde contre le recours à la force pour entraver la réouverture des églises
Le RPM met en garde contre le recours à la force pour entraver la réouverture des églises © 2020 D.R./Info241

Au nom de son parti, le Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), Hugues Alexandre Barro Chambrier a tenu ce vendredi une conférence de presse. Il était question pour ce parti de l’opposition gabonaise d’indiquer sa position dans le bras de fer qui cristallise toutes les attentions à 48h de la date butoir du 25 octobre.



Après Raymond Ndong Sima et Jean Ping il y a deux jours, Barro Chambrier est la troisième personnalité politique à se prononcer et à prendre faits et cause pour l’Église de façon générale, et particulièrement celle catholique, dans le bras de fer qui l’oppose ouvertement au gouvernement. À 48h du 25 octobre fixée et réaffirmée comme celle de la réouverture de leur lieu de culte par l’ensemble des évêques catholiques, le gouvernement continue de camper sur celle du 30 octobre.

Une vue du public présent à cette conférence de presse

"Nous leur exprimons notre soutien total dans la lutte pour le respect de leur indépendance, le libre exercice de leurs ministères ainsi que la libre pratique de leur foi dans leurs lieux de culte", a martelé le leader politique proche de la Coalition pour la nouvelle République de Jean Ping. Une position justement en phase avec ce dernier qui a lui aussi a apporté son soutien à l’Eglise, lors d’une allocution mercredi.

Du côté du gouvernement, en dépit d’une rencontre entre l’archevêque de Libreville et le ministre d’État à l’Intérieur, Lambert Noël Matha en début de semaine, aucune flexibilité ne semble poindre. Bien au contraire, aussi flou qu’a été le communiqué qui a sanctionné cette rencontre, un message radio donc copie nous est parvenue hier, ferait état de ce que le commandant en chef de la police nationale, sous injonction du ministre Matha, serait entrain de renforcer des effectifs devant empêcher la tenue des messes dimanche sur toute l’étendue du territoire.

Très certainement informé de cette éventualité, Barro Chambrier dira clairement ceci : « Nous mettons en garde le pouvoir en place contre toute velléité de recours à la force pour entraver l’ouverture des lieux de culte, le 25 octobre 2020 et les tiendrons pour responsables de tout débordement ».

Toutefois, dans la partie questions-réponses avec la presse, Barro Chambrier n’a pas exclut un possible accord qui ferait retomber la pression actuelle. Ce qui, a t-il ironisé, serait un "miracle".


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article