12:19

Législatives 2018

Richard Auguste Onouviet privé d’investiture du PDG pour les législatives à Lambaréné


Politique
  • Richard Auguste Onouviet (droite) ne bénéficie plus de la confiance de son patron Ali Bongo © 2018 D.R./Info241
Publié le 14 août 2018 à 08h28min

La descente aux enfers de l’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise, Richard Auguste Onouviet, se poursuit de plus bel. Alors qu’il avait dû renoncer à sa prestigieuse fonction parlementaire sur décision de la Cour constitutionnelle le 30 avril, voilà que le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968) prive le soldat d’Ali Bongo, tombé visiblement en disgrâce, de l’investiture de député aux prochaines législatives. Un coup dur pour ce fervent soutien d’Ali Bongo et de la famille Bongo qui règne sur la politique gabonaise depuis les indépendances.

Depuis hier, le parti au pouvoir au Gabon a publié sa liste de candidats pour les élections législatives des 6 et 27 octobre. Parmi les grands absents de cette liste de candidats que le régime verra élire sans broncher, figure un absent de taille : Richard Auguste Onouviet.

C’est un petit coup de tonnerre dans le lanterneau politique national. Richard Auguste Onouviet qui n’avait pas fait de mystère quant à sa volonté de se porter candidat aux élections législatives dans le premier siège 1er siège du 1er arrondissement de la commune de Lambaréné pour le compte du Parti Démocratique Gabonais, a été recalé.

L’ancien président de l’Assemblée nationale qui avait succédé au démissionnaire Guy Nzouba Ndama, cède son siège de député à Madeleine Berre, l’actuelle ministre de la Promotion des investissements privés. Une petite surprise pour plusieurs analystes politiques qui considéraient déjà la nomination du membre du bureau politique du PDG de cette circonscription Joel Ogouma au poste gouverneur comme un véritable boulevard offert à l’ancien homme fort de Lambaréné.

Il ne reste plus désormais à savoir si Richard Auguste Onouviet acceptera de se plier au choix de son parti de l’écarter de la vie parlementaire ou, si il décidera de faire cavalier seul en fragilisant son parti. Dans tous les cas, on peut aisément s’imaginer que les longs couteaux seront bientôt de sortie.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile