18:26

Journée de réflexion

Première journée de réflexion sur le chômage des jeunes à l’Université Omar Bongo


Société
  • La photo de famille des participants à cette journée de réflexion © 2019 D.R./Info241
Publié le 27 octobre 2019 à 08h39min

Madeleine Berre, ministre gabonaise de l’Emploi, a donné le coup d’envoi, ce vendredi à l’Université Omar Bongo (UOB), de la journée de réflexion sur les freins et perspectives du chômage des jeunes, organisée par l’Office nationale de l’emploi (ONE). Cette journée est une initiative du Cercle de réflexion des étudiants des sciences économiques baptisé « L’Economique ».

Au regard des difficultés d’obtention d’un emploi au sortir des universités nationales ou grandes écoles, les étudiants du département des sciences économiques ont pris le taureau par les cornes pour réfléchir sur la problématique de l’emploi. Le thème choisi pour cette réflexion : Jeunes et chômage au Gabon : freins et perspectives. Cette journée s’est déroulée dans les locaux de la bibliothèque de l’Université Omar Bongo, située dans le 1er arrondissement de la commune de Libreville.

Le président de l’Economique lors de son intervention

Plusieurs thématiques ont été abordées, l’exécutif de l’ONE et du secteur privé ont partagé avec les étudiants quelques stratégies d’insertion, leur rappelant l’importance de l’auto-emploi et le rôle des jeunes face au chômage. Il faut rappeler qu’à la suite des travaux qui ont eu lieu les 17 et 18 octobre derniers par les acteurs des secteurs public et privé, les métiers de demain, au Gabon, sont dans les domaines suivants : la Forêt, l’Agriculture, la Santé, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et l’économie numérique.

« Il faut que les jeunes puissent être à la hauteur des attentes croissantes des entreprises. Le marché du travail bouge. Il y a un certain nombre de métiers qui ont disparu et d’autres nouveaux notamment dans les technologies de l’information et de la communication. Il faut que les jeunes s’intéressent à cela », a déclaré DG de l’ONE, Hans Landry Ivala, tout en rappelant l’importance de connaitre la langue de Shakespeare, l’anglais, qu’on peut apprendre en autodidacte même sur le bouquet Canal sans aller à Johannesburg ou à Londres.

Pour sa part le président du cercle « L’Economique », Rosny Bileh-Bi Sima a rappelé que « L’adéquation formation emploi cause problème au Gabon. Les jeunes ne sont pas formés dans les filières, pourvoyeurs d’emploi. Régler le problème de chômage aujourd’hui, ce ne sont pas seulement les autorités, mais cela passe également par la prise de conscience des jeunes que nous sommes ».

Ainsi, 3 panels ont meublé les travaux : la responsabilité des jeunes face au chômage, un deuxième panel sur les mécanismes d’insertion, et un troisième sur l’impact de l’auto-emploi sur le chômage. A la fin de cette journée de réflexion, d’autres pistes de solutions à la question du chômage au Gabon devraient être déposées sur la table du ministre en charge de l’Emploi.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile