Web-Stat analytics
Positionnement

Pour le « bien » d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba veut s’emparer de la Nyanga !

Pour le « bien » d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba veut s’emparer de la Nyanga !
Pour le « bien » d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba veut s’emparer de la Nyanga ! © 2017 D.R./Info241

Après avoir été rétrogradé simple ministre, l’opposant modéré Bruno Ben Moubamba cherche toujours à se bâtir un fief politique pour pouvoir peser sur l’échiquier politique national. Fort de cet intérêt pressant, l’ancien Vice-Premier ministre déchu invite ses nouveaux « frères et sœurs du Parti démocratique gabonais » à lui laisser s’emparer politiquement de la province de la Nyanga. Un changement de stratégie pour celui qui depuis son arrivée surprise au gouvernement, n’a eu de cesse de multiplier les propos désobligeant à l’endroit du parti et ses ténors ’’sorciers’’ au pouvoir depuis 1968 au Gabon.

Contraint de créer son politique après avoir tenté de s’emparer là aussi, de l’Union du peuple Gabonais (UPG, opposition modérée), Bruno Ben Moubamba se cherche désormais un bastion politique. Ancien conseiller municipal de la ville de Ndéndé (Ngounié) pour le compte de l’UPG qui l’avait ensuite banni de ses rangs, l’ancien opposant radical a décidé d’établir ses valises politiques dans la province voisine de la Nyanga.

Le post de trève politique de Moubamba

Pour ce faire, l’opposant désormais proche d’Ali Bongo qu’il a combattu jusqu’à la dernière présidentielle controversée d’août dernier, multiplie les adresses fraternelles au parti de son nouvel et ancien ennemi politique. Ce jeudi, sur son compte Facebook, le ministre d’Ali Bongo invite ses "frères et sœurs du Parti Démocratique Gabonais" à lui laisser prendre le contrôle de cette province, "une des provinces les plus riches du Gabon" selon lui.

Et tenez-vous bien, si Bruno Ben Moubamba veut "exercer un leadership responsable" dans la Nyanga, ce serait non pas pour son seul profit mais "pour le bien du Président" du PDG. Un appel du pied que tente de faire passer l’opposant modéré qui rêve à haute voix de ravir le leadership provincial au parti au pouvoir. Afin selon lui, d’être à "l’écoute de tous les bords car le Gabon a changé". Pas si sûr que sa requête soit entendue de cette oreille.

Le théoricien de la "sorcellerie politique" termine son propos par une mise en garde contre les potentiels sorciers politiques qui seraient tentés de saborder sa mission salutaire pour le "bien" de son nouveau maître Ali Bongo : « Mettons tous nos matengous de côté car ils n’auront aucun effet sur le processus providentiel en cours ». Un message subliminal pour conjurer son déplacement dans cette province, prévu le 11 septembre prochain.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article