15:22

Crise post-électorale

Ntoutoume Ayi à Ali Bongo : « Massacrer ses concitoyens pour être président du Gabon, c’est méprisable »


Politique
  • Jean Gaspard Ntoutoume Ayi © 2017 D.R./Info241
Publié le 5 août 2017 à 13h28min

Au cours de l’émission « Face à Bouschedy », diffusée vendredi par nos confrères de Gabonews, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Commissaire National en charge du Budget de l’Union Nationale (membre de la coalition pour la Nouvelle République), porte-parole de Jean Ping a clarifié sa position face à la crise post-électorale. Selon lui, « c’est Jean Ping qui a gagné les élections présidentielles du 27 aout 2016 » tout en s’indignant contre ce qu’il qualifie de coup d’état électoral perpétré par Ali Bongo et son régime contesté en ces termes : « Massacrer ses concitoyens pour être président du Gabon n’a rien d’estimable, c’est même méprisable ».

Dans une interview menée à bâtons rompus par notre confrère Benicien Bouschedy, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi s’est exprimé sur la crise post-électorale, pour lui « Ali Bongo n’a pas été élu, il faut quand même que cela soit acté et relevé. Ali Bongo a perpétré un coup d’état électoral au mois de septembre 2016. Et c’est à la suite de celui-ci que nous nous sommes organisés politiquement autour de celui qui a été élu par les Gabonais. C’est-à-dire Jean Ping, en vue de créer la coalition pour la Nouvelle République, qui regroupe en fait les principaux soutiens de Jean Ping, c’est-à-dire ceux qui ont été candidats comme lui à la présidence et qui s’étaient retirés au profit de sa candidature, c’est-à-dire Messieurs, Oyé-Mba, Nzouba, Ngoulakia et les partis politiques et associations qui le soutenaient » .

L’intégralité de l’interview

Interrogé sur l’état d’esprit de la coalition M. Ntoutoume Ayi a indiqué : « La coalition se porte bien et son objectif et celui des Gabonais est de ne pas accepter une énième forfaiture qui fait du mal au pays. C’est ce combat que nous poursuivons et que nous allons remporter. Ali Bongo a fait le choix de la force, regardez où ça l’a conduit et où ça conduit le pays. Massacrer ses concitoyens pour être président du Gabon n’a rien d’estimable, c’est même méprisable. Nous ne ferons pas ce choix. Nous avons le choix de convaincre nos compatriotes, de convaincre le monde et d’imposer à Ali Bongo la réalité du choix de ses compatriotes. Ce n’est pas le choix le plus facile, c’est le choix le plus rigoureux  ».

Poursuivant son explication, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi a martelé ce qui suit : « Jean Ping est président élu parce qu’il a été élu par des Gabonais et comme je le dis souvent, personne le conteste parce que personne ne peut le contester. Même Ali Bongo là il se trouve sait que Jean Ping qui a été élu par les Gabonais. Dans un état de droit, dans une démocratie il n’y a pas de prisonniers politiques. Le fait qu’il y ait des Gabonais qui sont en prison à cause de leurs idées et de leur engagement politique exprime la nature réelle du pouvoir ou du régime dans lequel nous sommes. Je pense que jusqu’à maintenant, Jean Ping n’a pas trahi les Gabonais. Bien au contraire, je crois que jusqu’à maintenant, Jean Ping n’a renoncé à rien des engagements qu’il a pris vis-à-vis du peuple gabonais ».

S’exprimant sur la position du « ni Ali bongo ni Jean Ping », l’économiste gabonais a indiqué sa position sans sourciller : « En politique je suis un démocrate, plutôt voltairien dans le débat publique. C’est-à-dire pour expliquer, j’ai beau ne pas être d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire. Paul Marie Gondjout est un acteur politique de ce pays. Dans le débat politique qui nous préoccupe en ce moment, il a exprimé son opinion, je ne suis pas d’accord avec lui. Mais je lui reconnais le droit d’exprimer cette opinion. Et je refuse qu’on lui fasse un procès parce qu’il exprime son opinion. Mais ce n’est que son opinion, ce n’est même pas l’opinion de son parti politique. Pour preuve, il s’est exprimé en son nom et hors du cadre du parti politique parce que c’est une expression personnelle. Et c’est son droit d’exprimer une opinion contraire même si je ne la partage pas, mais je revendique qu’il l’exprime  ».

Tout en affirmant « De 2010 à 2014, ce pays a eu plus de ressources qu’il n’a jamais eues de toute son histoire. Au résultat, on est endetté comme jamais parce qu’ils ont pillé le pays. Ali Bongo ne sait pas se mettre au service des gabonais. Il a prêté serment depuis octobre 2016, pouvez-vous dire d’octobre 2016 à aujourd’hui à quel moment vous avez eu le sentiment qu’il a été au service des gabonais ? A aucun moment et c’est normal, il ne se sent redevable en rien vis-à-vis du peuple gabonais, ce n’est pas le peuple gabonais qui l’a porté au pouvoir ».

Selon le porte-parole de Jean Ping « En 2009, Ali Bongo a perpétré un coup d’état électoral pour s’imposer au pouvoir. Ce qu’il fait est un mal structurel pour le Gabon. Et s’il veut un temps soit peu aider ce pays, qui est le nôtre à tous, il faut qu’il accepte ce principe là : il va à une élection, il n’est pas choisi par ses compatriotes, il libère le fauteuil ». Retrouvez l’intégralité de cette interview, « Face à BOUSCHEDY  », sur Gabonews, émission de décryptage de l’actualité dans tous les domaines de la réflexion avec des invités interrogés sans tabou sur les questions de l’heure.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile